L'autre soeur

L'ouvrage:
Pennsylvanie. À l'âge de quinze ans, Sarah Morris a disparu. On ne sait pas ce qu'il est advenu d'elle. Cela fait quatre ans à présent. C'est alors qu'une jeune fille, trouvée dans une rue de Floride, dit être Sarah. Les parents sont aux anges d'avoir retrouvé leur fille. Nico, la cadette, ne sait pas trop quoi penser. Sarah a toujours été méchante avec elle, tant verbalement que physiquement. Elle ne souhaite pas que son cauchemar recommence.

Critique:
Avant de taper cette chronique, j'en ai lu une d'une personne qui regrettait d'avoir lu ce livre juste après «Angie, treize ans, disparue», parce qu'elle les avait comparés, et avait trouvé le roman de Liz Coley plus complexe. Je me souviens avoir beaucoup aimé ce livre sur le moment, mais je m'étonne toujours quant à la réelle possibilité que ce qu'il expose puisse arriver... En outre, je ne sais pas trop pourquoi cette personne a comparé ces deux livres. Pour moi, ils n'ont pas beaucoup de rapports. D'après ce que j'ai compris, la chroniqueuse a fait un parallèle à cause de la relation entre soeurs. Or, dans «Angie, treize ans, disparue», ce genre de relations n'existe pas. On n'est pas du tout dans ce cas de figure... On retrouve seulement le thème de l'enfant disparu qui revient, mais on le trouve aussi dans «Fleur de cimetière», «Souviens-toi de moi comme ça», et d'autres. Ce n'est pas une raison pour comparer tous ces romans, car tout s'y passe différemment après le retour de l'enfant.

«L'autre soeur» m'a donc beaucoup plu. Certaines chroniques disent qu'on se pose une question pendant une grande partie du roman. Pour moi, on ne se la pose pas longtemps. On sait très vite ce qu'il en est. À mon avis, c'est voulu par Cylin Busby. Ce n'est pas du tout une maladresse de sa part, étant donné la manière dont c'est fait. Cela ne m'a pas du tout gênée de savoir cela.

Nico raconte le présent de la famille (avec quelques incursions dans le passé). Entre ces chapitres, de petits passages sont racontés par Sarah. Elle évoque ce qu'elle a vécu, ce qu'elle a souffert... Je me suis très vite attachée aux deux héroïnes. Chacune déclenche de l'empathie. On sent que chacune souhaite s'en sortir, et être aimée pour ce qu'elle est.

L'auteur décrit avec réalisme ce par quoi passent les parents de Sarah après sa disparition. Même si j'éprouvais de la compassion, la mère m'agaçait parfois. Pourquoi voulait-elle que Nico assiste aux événements en même temps qu'eux à chaque fois que la police pensait avoir retrouvé Sarah? Pourquoi a-t-elle fait confiance à Azul, alors qu'il semblait évident que celle-ci souhaitait seulement gagner de l'argent? Il est vrai qu'Azul n'a pas dit que des niaiseries lorsqu'elle a été consultée, mais elle n'a quand même pas dit grand-chose...

À l'instar d'autres personnages, je n'ai pas pu apprécier Paula. Je l'ai trouvée garce du début à la fin. J'ai été contente que la dernière fois qu'elle tente de nuire, monsieur Morris rappelle qu'il y a un défaut dans son témoignage.

Certains éléments auraient peut-être dû être davantage développés, car il y a des choses que je n'ai pas vraiment comprises.

Afficher Attention, je dévoile des éléments clés.Masquer Attention, je dévoile des éléments clés.

J'ai bien compris que Nico n'a pas vu Sarah tomber dans le lac, mais puisqu'elle a vu son sweat-shirt, comment se fait-il qu'elle n'ait pas vu le corps dans le vêtement? Si j'ai bien compris, elle a vu le sweat-shirt couler et se remplir d'eau. Comment se fait-il que Sarah n'ait pas été visible dedans?... Nico finit par admettre que Sarah a réellement dû tomber. Soit. Mais comment est-ce arrivé? C'est Nico qui était sur le point de tomber. Elle a entendu sa soeur dire son prénom d'un air horrifié, justement, pense-t-elle, parce qu'elle était sur le point de tomber.. Comment se fait-il qu'au moment où elle s'en sort seule, ce soit Sarah qui tombe?

Un autre élément m'a paru incongru. Comment se fait-il qu'une personne si peu respectueuse de la loi que l'était la personne qui a été la mère d'accueil de Liberty n'ait pas été arrêtée, et ait pu continuer à être mère d'accueil? Elle l'était encore lorsque Liberty est partie.

Ce roman pose certaines questions sur l'évolution du caractère de chacun, les raisons qui poussent telle personne à agir de telle manière, les choses qu'on n'ose pas s'avouer ou auxquelles on n'arrive pas à faire face...

Remarque annexe:
J'aime bien la solution qu'un psychologue propose à Sarah lorsqu'elle pense aux mauvaises choses qui lui sont arrivées. Il lui dit de penser à autre chose, comme si elle changeait de chaîne avec la télécommande de la télévision.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Erin Spencer et Arielle Delisle pour les éditions Harper Audio.

Après avoir lu ce roman, j'aurai peut-être moins tendance à confondre ces deux comédiennes... À voir... J'espère donc ne pas me tromper en disant qu'Erin Spencer a lu les chapitres racontés par Nico, et qu'Arielle Delisle a lu les petits passages narrés par Sarah. En tout cas, leur jeu m'a plu. Elles ont su rendre les sentiments des personnages sans trop en faire.

Acheter « L'autre soeur » sur Amazon