Lecteur : Delacrétaz Marguerite

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 23 avril 2007

La fourmilière, de Pierre Bellemare et Grégory-Frank

La fourmillière L'ouvrage:
Milan.
Michael Corteo est un excellent photographe. Il est marié avec Rosellina. Ils ont une fille, Alessandra.
La mère de Michael, Mona Tremiti, est une présentatrice de radio célèbre.
Eugenio Scalea, le père de Rosellina, est le questore, le chef de la police. Il mène sa ville d'une main de fer. Il est craint et obéi de tous.

Michael aime sa femme et sa fille, mais lorsqu'il rencontre Paola, la tête lui tourne. La prima donna, capricieuse et raffinée, l'entraîne dans un tourbillon de plaisirs défendus qui le grisent. Il part pour les Etats-Unis, officiellement pour son travail (il travaille pour Paola), officieusement pour suivre Paola.

Un jour, Rosellina baisse les bras. Elle ne peut plus continuer. Quelque chose en elle doit sentir que son mari lui échappe. C'est trop dur... Elle avale des cachets et de l'alcool.

Critique:
C'est une espèce de polar romanesque. On y trouve de tout: une enquête, de l'humour, du mélodrame... Paola et Eugenio sont des personnages types. Paola est une emmerdeuse (il faut appeler un chat un chat), une peste superficielle et égoïste. Elle se rend compte de tout cela lorsqu'il est trop tard. Le lecteur oscille entre la compassion et l'indifférence quant à son sort. Ce qui lui arrive (et surtout la façon dont cela lui arrive) est abominable, mais se serait-elle remise en question si cela ne s'était pas produit?
Quant à Eugenio, il est presqu'une caricature: le personnage tyrannique, habitué à exercer sa suprématie, habitué à plier la loi à ses désirs. On pourrait l'excuser, car il adore sa fille, et veut agir dans son intérêt, mais il la prend pour une fleur fragile, qu'aucun coup de vent ne doit effleurer. S'il pouvait, il la mettrait sous cloche, sous verre. Le lecteur voit également Rosellina comme cela, mais il sait que c'est à cause de la surprotection de son père.
Rosellina évolue au long du livre. On se rend compte qu'elle a du caractère, qu'elle n'est pas toute blanche, et qu'elle veut prouver qu'elle n'est pas juste une petite poupée délicate.

On trouve assez vite que David est un faux coupable. L'enquête traîne un peu. Le livre, dans son ensemble, traîne un peu. Mais il vaut la peine d'être lu, d'abord pour la psychologie des personnages, (même si certains sont caricaturaux), ensuite pour certains épisodes (le sauvetage de Rosellina, l'éclat de Mona, la fuite de Rosellina de l'hôpital, et d'autres), et enfin, pour le livre dans son ensemble. Même si certaines choses sont un peu tirées par les cheveux, on a envie de savoir la suite, de savoir comment les personnages vont s'en sortir. On passe un bon moment, on a du mal à lâcher le livre avant la fin.

Éditeur: éditions n°1.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marguerite Delacrétaz pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « La fourmilière » sur Amazon

jeudi, 4 janvier 2007

La maison des enfants, de Janine Boissard.

La maison des enfants Voir la critique du tome 1.

L'ouvrage:
Voilà trois ans que Margaux Lespoir-de Montpensy a rendu sa blouse. Elle qui s'est tant battue pour être chirurgien ne le peut plus. Elle ne s'en sent plus le droit, et cela lui ferait trop mal, après ce qui s'est passé lors de sa dernière opération. Elle travaille maintenant au ministère de la santé, à Paris. Elle s'occupe d'enfants, du moins de leurs dossiers.

Un jour, son patron lui demande d'aller enquêter dans une association appelée la maison des enfants. Cette maison est un ancien hôtel particulier. On y accueille des enfants à qui la vie a infligé des traumatismes. On essaie de les y guérir. Ce qui préoccupe le ministère est le suicide d'une pensionnaire de la maison. La mère de l'enfant a porté plainte contre l'association, l'accusant de négligence. Margaux est donc chargée de confirmer ou d'infirmer cela. Si la plainte aboutit, si l'on établit qu'il y a eu négligence, la maison sera fermée, ce dont rêvent certains.
La maison se trouve à Auxerre, en Bourgogne, là où Margaux travaillait avant. Cela ne l'enchante pas. Elle ne veut pas retourner en Bourgogne, car la blessure qu'elle y a reçue n'est pas encore cicatrisée.

Au cours de son enquête, Margaux découvre des personnes attachantes: le personnel de l'hôpital, et les enfants qu'il abrite.

Critique:
Janine Boissard choisit un sujet qui, allié à son talent saura nous émouvoir. En commençant ce livre, je me doutais que le sujet traité serait exploité avec justesse. Je ne me suis pas trompée. Elle nous parle d'abord d'enfants ayant subi des choses qui les ont traumatisés. Nous découvrons surtout France, Kenza, Martin, Cédric, et Hugues.
Au Cambodge, France a vu mourir sa mère, et en se sauvant, a perdu une jambe en marchant sur une mine.
Kenza cherche sa place. Depuis que son petit frère est né, ses parents sont en admiration devant lui, et elle se sent exclue.
Martin a vu son frère se noyer sans pouvoir rien faire. S'accuse-t-il? Proteste-t-il? Il ne parle plus, en tout cas.
Cédric est maltraité psychologiquement par son père.
Quant à Hugues, ce qu'il a vécu l'a rendu malveillant.
Avec cet éventail de situations, Janine Boissard nous fait explorer diverses réactions. Tout n'est pas tout blanc. Par exemple, Hugues ne veut pas être aidé. Il exprime sa douleur en étant malfaisant. A la fin, il y a une petite note d'espoir pour lui, mais je n'y crois pas vraiment.
Kenza vit une situation banale. Pourtant, la romancière sait faire naître nos émotions, lorsque la petite fille somatise. Dans certaines familles, lorsqu'un enfant se sent exclu, il est souvent vrai que l'autre enfant est préféré. Dans celle de Kenza, il semble que cela ne soit pas le cas. C'est donc à elle de trouver sa place.
Avec le cas de Cédric, Janine Boissard veut nous faire comprendre que si la violence physique est atroce, il existe aussi la violence morale, psychologique. Elle compare souvent les deux, lorsqu'elle évoque Cédric.
Pour ce qui est de France, je vous laisse la découvrir.

Le sujet traité et les personnages nous offrent, comme dans beaucoup de livres de Janine Boissard, le rire, les larmes, l'émotion... Il me semble tout de même que ce livre est plus grave, que l'humour y est un peu moins présent que dans les "Belle grand-mère" ou que dans Une femme en blanc et "Marie-tempête".
Il est un peu dommage que le schéma amoureux ressemble fortement à celui du tome 1. C'est-à-dire que Margaux est avec un homme presque faute de mieux, et parce que l'homme tient à elle, puis elle découvre celui qu'il lui faut.
Il est également dommage que Margaux ne nous dise rien sur ce que sont devenus Marie et Jordan. Il semblerait que Janine Boissard ait oublié Marie. Nous l'avons laissée forte d'un projet qu'elle allait monter avec la mère de Margaux, Mathilde, et nous retrouvons Mathilde sans savoir ce qu'il est advenu de Marie.

A part ces petits bémols, le livre est bien. Un peu moins que "Une femme en blanc", mais bien quand même. Pour ceux qui aime la façon particulière qu'a Janine Boissard de susciter l'émotion, il est à lire.

Éditeur: Robert Laffont.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marguerite Delacrétaz pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « La maison des enfants » sur Amazon