Albert le toubab

L'ouvrage:
Depuis la mort de sa femme, Alicia, Albert vit seul avec Hector, son chat. Zaïna, une jeune femme sénégalaise, vient faire le ménage chez lui. Elle le fait surtout parce qu'elle l'a promis à Alicia, qui, entre autres, enseignait le français aux enfants de la cité où habite Zaïna.
Un jour, la jeune femme fait un malaise, et doit être conduite à l'hôpital. C'est Albert qui se voit contraint de recueillir sa fille, Mimouna, neuf ans. La rencontre sera explosive.

Critique:
Voilà un livre sympathique. D'abord, la rencontre d'Albert le ronchon et de la pétulante et curieuse Mimouna ne sera pas pour déplaire au lecteur. L'enfant pose des questions sur tout, bouleverse la petite vie bien calme d'Albert, et il finit par aimer cela.
Si cette appréciation mutuelle est attendue, elle n'en est pas moins attendrissante. Le tout arrosé d'une bonne dose de rire, et surveillé par le chat, Hector, qui n'en perd pas une miette, et fait partager ses considérations au lecteur.

Les deux personnages ont un comportement totalement différent, et chacun apprend de l'autre. Mais ils ne sont pas manichéens. C'est bien plus intéressant.
Ils sont forcés de se remettre en question quant à ce qu'ils pensent savoir concernant le racisme. Là encore, l'auteur force peut-être un peu le trait, mais pourquoi pas? Pourquoi ne pas dire les choses clairement? L'auteur prône la tolérance, la compréhension, l'acceptation des différences. Comment ne pas en être ravi? On me dira que c'est bien joli, mais que rien n'est aussi idyllique que ce que montre l'auteur. Soit, mais cela pourrait l'être, si certains adultes prenaient le temps de parler aux enfants, de leur expliquer les choses. Si chacun y mettait du sien, et surtout, si tous cessaient de s'engluer dans un carcan de préjugés créé par l'homme.

L'auteur évoque aussi les problèmes engendrés par les gens comme le père de Mimouna. Il ne tient pas vraiment à s'intégrer à son pays d'accueil, puisqu'il ne veut en obtenir que les avantages, et pour cela, spolier son ancienne femme et sa fille. Il est peut-être un peu cliché, mais pas tellement, étant donné que certains agissent comme lui. C'est une façon pour l'auteur de montrer que tout n'est pas tout blanc ou tout noir. Bien sûr, elle effleure certains thèmes sans vraiment creuser, mais ce roman est pour la jeunesse: on ne peut pas tout dire en peu de pages, et surtout, en restant intéressant pour les jeunes lecteurs. Yael Hassan pose bien les choses. Son livre est un bon commencement pour le jeune public.

Éditeur: Casterman.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jacques Clerc pour l'Étoile Sonore.
Le lecteur a enregistré ce petit roman avec bonne humeur et dynamisme. Il a su le jouer sans le surjouer. En effet, ce roman n'est pas fait pour être lu de manière trop sobre. Il fallait faire comme l'a fait Jacques Clerc.

Acheter « Albert le toubab » sur Amazon