Les Eygletières, tome 1

L'ouvrage:
Henri Troyat narre le quotidien de la famille Eygletières.

Critique:
Ce roman fait partie de ceux qui, sous la plume d'un autre, seraient insipides. Troyat raconte et analyse les sentiments d'adolescents et d'adultes d'une famille ordinaire. En tant que narrateur omniscient, il est dans la tête de tous ses protagonistes, ce qui fait que le lecteur parvient très vite à se faire une idée d'eux.

Jean-Marc m'a d'abord fait rire. À vingt ans, il a des avis très tranchés, et en pensée, commence par envoyer promener tout le monde. À mesure que le livre avance, il se révèle bien plus sensible qu'au départ. Il n'est pas vraiment préparé à ce qui lui tombe dessus. Il n'agira pas toujours comme il le devrait, mais pour ma part, je l'ai compris.

Françoise, sa soeur, a également des avis très arrêtés sur beaucoup de choses, notamment sur Dieu. Elle se le représente tel que le veut la religion des hommes. De plus, elle refuse qu'on puisse le voir autrement. Son raisonnement rappelle beaucoup celui de certains croyants pratiquants. C'est alors que le romancier s'amuse à éprouver Françoise. À l'instar de Madeleine (la tante de Françoise), le lecteur voit très vite la pente sur laquelle s'engage la jeune fille. J'ai apprécié que l'auteur la défie. Cela a pour avantage immédiat de la rendre un peu plus tolérante (même si c'est bref). Je ne sais pas encore trop quoi penser d'elle à la fin de ce tome... Aura-t-elle mûri?

Daniel, leur frère, sort de l'enfance. Il est sympathique, car il rit souvent, aime bien faire des blagues, aime bien manger... il profite de la vie. De plus, les soucis qui préoccupent les autres ne l'atteignent pas, d'abord parce qu'on l'en tient éloigné, et ensuite parce qu'il ne remarque pas qu'on lui cache des choses.

Philippe (le père des trois personnages évoqués ci-dessus) et Carole (sa seconde femme) sont sûrement les moins sympathiques. Je ne m'attarde pas trop sur eux pour ne pas trop en dire, mais chacun à sa manière est assez détestable...
Quant à Madeleine (la soeur de Philippe), elle semble être celle qui veut toujours tout arranger. Elle se préoccupe sincèrement des enfants.

Henri Troyat a créé ces personnages aux caractères très différents, et les a confrontés à la vie. Cela donne un résultat très plaisant.

Éditeur: Flammarion.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Béatrice Bresch pour la Bibliothèque Braille Romande.
Béatrice Bresch a une lecture fluide. Elle est peut-être un peu trop sobre... en fait, elle parle un peu trop doucement, comme si elle était timide ou comme si elle ne voulait pas déranger... Je trouve cela un peu dommage.

Acheter « Les Eygletières, tome 1 » sur Amazon