Triste vie

L'ouvrage:
Tous les jours, Yin se lève à cinq heures. Parfois, il emmène son fils au jardin d'enfants. Ensuite, il va travailler à l'usine.
Chi Li nous raconte une journée de Yin.

Critique:
Chi Li nous expose des choses qu'on sait, mais sur lesquelles on ne s'attarde pas forcément. La romancière nous fait prendre la mesure de ce qu'est une journée d'un chinois travaillant à l'usine. Yin se débat avec des problèmes financiers, sa femme n'est pas toujours aimable, souffrant, elle aussi, de cette vie précaire. Sa vie est monotone, laborieuse, elle contient peu de joie. Pourtant, Chi Li n'aborde pas les choses de manière désespérée, et ne larmoie pas. Elle expose les faits dans toute leur simplicité. Yin semble résigné. Il prend le meilleur parti possible de ce qui lui arrive. Même lorsqu'il est victime d'injustice, il finit par l'accepter, ne pouvant vraiment faire autrement. Mais parfois, au cours de cette journée, une image lui apparaîtra, une image pour laquelle il changerait de vie, qui le remplit à la fois d'euphorie et d'un immense chagrin.
C'est un personnage sympathique, car il est attachant. Le lecteur comprend ses choix, ses menues révoltes, ses hésitations.

Le ton peut être grave, mais jamais pesant. Chi Li use d'un style simple, décrivant parfaitement le quotidien de cet homme. Elle ménage même de petits moments de détente, principalement lorsque notre héros est avec son fils. Leilei a quatre ans, et est vif, intelligent, observateur... Il pose des questions qui font sourire, et montre qu'il habite encore le pays de l'insouciance. Il est l'une des raisons pour lesquelles Yin n'est pas aigri par sa vie étriquée.

Les personnages de Chi Li sont toujours intéressants. Par de courts romans, elle raconte la vie de la Chine. J'ai préféré «Un homme bien sous tous rapports», parce qu'il me semble plus profond, plus fouillé. Cependant, «Triste vie», n'est pas à mettre de côté, l'auteur s'attachant à proposer un regard sans complaisance, aiguisé, mais sans aigreur ni acidité.

Éditeur: Actes Sud.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jean-Louis Balnoas pour l'association Valentin Haüy.
Je n'ai pas l'orthographe exacte du nom du lecteur, je lui présente donc mes excuses si celui-ci est mal écrit.
Le lecteur interprète ce roman comme il doit l'être. Il n'en fait pas trop, et sait mettre le ton voulu quand il faut.

Acheter « Triste vie » sur Amazon