Le journal de monsieur Chatastrophe

L'ouvrage:
Chris Pascoe décide de passer un été chez lui, avec sa fille et ses chats. Sans travailler? Pas exactement. Il va recenser toutes les catastrophes qui arrivent à Brum, l'un de ses chats, et va en faire un livre.

Critique:
Il semblerait que ce livre recense des éléments qui sont réellement arrivés. Certains mettront peut-être cette véracité en doute. Quant à moi, je m'en fiche. Ce qui compte, c'est que j'ai passé un très bon moment, et que j'ai beaucoup ri! J'ai même eu des fous rires en imaginant certaines scènes. Ces fous rires ne sont pas uniquement dus aux mésaventures de Brum. Par exemple, ce qui arrive lorsque la famille va dans un lieu public et que par un concours de circonstances, Chris passe pour un bourreau d'enfants. J'ai aussi ri lorsque Chris, soucieux de recueillir tout ce qu'il peut sur les exploits de Brum, harcèle presque Dave (son voisin) pour que celui-ci lui raconte des anecdotes.

Si Brum est une catastrophe ambulante, Chris n'est pas mal non plus. J'ai particulièrement apprécié l'histoire des arrosages successifs de son beau-père.
J'ai également apprécié le parallèle entre Brum et le père de Chris...
Bien sûr, j'ai également aimé les catastrophes provoquées par Brum. Sans oublier la transformation inattendue de Sammy.

Vous allez me dire que ma chronique n'est qu'un catalogue de choses que j'ai aimées. Je suis quand même loin d'avoir fait toute la liste. D'autre part, ce livre ne se veut pas plein de réflexions, il ne véhicule pas de «message» important. C'est juste une très bonne partie de rigolade!
Le style est simple et fluide. Il va bien avec le livre.

L'auteur évoque également des chats qui se distinguèrent au long de l'histoire. Je trouve que cela vient un peu comme un cheveu sur la soupe. C'est situé au chapitre 7, au milieu des aventures de la famille, comme une parenthèse. Je l'aurais mis au tout début ou à la fin. En outre, cela m'a moins intéressée que le reste.
J'ai aussi moins aimé l'épilogue.

Au long de ce livre, Chris Pascoe fait allusion à un ouvrage qu'il écrivit avant: «Monsieur Chatastrophe». Apparemment, il recense d'autres mésaventures de Brum. J'aimerais bien le lire, mais malheureusement, aucune des bibliothèques sonores auxquelles je suis abonnée ne l'a.

Éditeur: Balland.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jean-Luc Arens pour la Ligue Braille.
Le lecteur a une voix agréable, quoi que pas assez forte, parfois. Sa lecture est fluide, il ne surjoue pas, mais n'est pas monotone.

Acheter « Le journal de monsieur Chatastrophe » sur Amazon