Vous prendrez bien un dessert

L'ouvrage:
À l'occasion de Noël et des quatre-vingt-dix ans de Louis Labard, toute la famille (soit trois générations de Labard) se retrouve dans un chalet. Cette réunion festive a été arrangée par l'un des membres, et personne n'a pu s'y soustraire. Pourtant, beaucoup souhaiteraient être ailleurs...

Critique:
J'ai passé un très bon moment avec ce roman. L'auteur y analyse très bien le ressenti de personnes réagissant différemment, selon leur caractère et leur éducation. Il y a ceux qui subissent leur vie, et ceux qui ont fait ce qu'il fallait pour qu'elle soit meilleure. Certains ont eu la même éducation, et ne réagissent pas de la même manière.

Chaque chapitre est raconté du point de vue de l'un des personnages du roman. On découvre donc le caractère de chacun, mais aussi ce que chacun pense des autres. Certains réservent quelques surprises. Par exemple, on sait que l'un d'eux a été détestable. Lorsqu'on est dans sa tête, on ne l'excuse pas, mais on comprend mieux certaines choses. D'autres cachent un peu mieux leur jeu, car on ne les cerne pas tout à fait, même en étant dans leur tête. Je pense surtout à l'un d'eux pour lequel Sophie Henrionnet a particulièrement soigné ses effets. On le voit sympathique, puis vient le chapitre où son point de vue est évoqué. Là, on hésite, sans vraiment savoir pourquoi. Puis un autre chapitre nous donne une pièce essentielle du puzzle.

Ce n'est pas ainsi concernant tous les personnages. L'auteur a su varier plaisirs et découvertes. Par exemple, ma sympathie est tout de suite allée à Paul, et il ne l'a jamais perdue. C'est pareil pour d'autres. En outre, il en est qui sont détestables dès le départ et le restent. Par exemple, j'ai eu énormément de mal dès le début avec Bénédicte et Garance. Elles ont quelques circonstances atténuantes, mais pourtant, je n'ai pas pu éprouver de compassion à leur égard.

L'auteur parvient également à faire rire, alors que les propos sont horribles. Je pense notamment au chapitre où Charles s'exprime. Charles fait partie de ceux qui m'ont déplu, mais à qui j'ai trouvé des circonstances atténuantes. Je n'ai pu m'empêcher de rire quant à ses jugements à l'emporte-pièce, surtout concernant sa femme. En outre, il éveillera fatalement la compassion, car le fait qu'il n'est pas heureux et tente de sauver (maladroitement, certes) ce qui peut l'être transparaît. On peut lui reprocher son manque de courage, mais il n'est pas si simple de changer de vie, surtout que Charles veut tenter de prouver quelque chose à son père.

La fin est un peu frustrante, car j'aurais aimé en savoir un peu plus sur l'après. On peut supposer certaines choses, mais des paramètres sont trop flous. Ce n'est pas forcément une mauvaise fin, mais j'aurais aimé un peu plus de précisions.

Un roman qui éveillera des échos chez ceux qui font partie d'une grande famille où on ne s'entend pas toujours avec tout le monde.

Service presse des éditions Audible FR, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Benoît Allemane.

Benoît Allemane fait partie des grandes voix. Je le connais depuis mon enfance, car il lisait des contes de la collection «Raconte-moi des histoires». Il fait aussi du doublage, des publicités, etc. Je pense que sa voix est connue de tous, même si certains ignorent son nom. C'est un incontournable. J'ai donc été ravie de l'entendre sur ce roman. Il n'a pas modifié sa voix de manière horrible pour les rôles féminins. Il la change très légèrement, et cela n'écorche pas les oreilles. Il se glisse bien dans la peau des différents personnages.

J'ai été très agréablement surprise de constater que l'éditeur audio avait respecté la structure du livre, contrairement à ce qui s'est produit pour certains autres (comme «Treize marches» ou «De force»). Dans «Vous prendrez bien un dessert», une piste est égale à un chapitre.

Acheter « Vous prendrez bien un dessert » en audio sur Amazon
Acheter « Vous prendrez bien un dessert » sur Amazon