Danger, parking miné!

­L'ouvrage:
Il y a les hypernommés qui vivent sur les toits des immeubles. Il y a les anonymes qui vivent au sol. Ces deux clans vont bientôt s'affronter. Chacun s'y prépare.

Critique:
Mon avis est mitigé quant à ce roman. J'ai adoré les idées exploitées. Brussolo imagine un microcosme où n'existeraient plus que deux «religions» ou même «sectes». Les anonymes le sont devenus parce qu'à leur avis, avoir une identité (et tout ce qui va avec) faisait qu'ils étaient facilement repérables. Je n'ai pu m'empêcher de penser que cette idée est présente dans la tête de certains à cause du fait qu'actuellement, il est très facile de «tracer» quelqu'un. Tout est de plus en plus dématérialisé. C'est une bonne chose, mais cela fait que nous sommes plus faciles à «surveiller»... Cette idée est d'autant plus intéressante que le livre est sorti en 1986. Brussolo poussait déjà le raisonnement très loin, comme il le fait souvent.

J'ai également aimé la description de l'état d'esprit des anonymes et des hypernommés. Ils vont loin dans le fanatisme (comme le font les sectes). Par exemple, les anonymes vont jusqu'à faire élever leurs enfants par des personnes différentes. Au début, c'est untel, puis on passe à un autre, puis à un autre... Quant aux hypernommés, ils chérissent l'identité au point d'accoler d'autres noms à celui qu'on leur donne à la naissance.
Ces deux exemples ne sont qu'une infime partie des idées développées ici.

D'autre part, si ces deux clans sont assez effrayants, ils feront immanquablement sourire le lecteur. Comment ne pas rire à la lecture des noms ridicules dont s'affublent les hypernommés? Noms qu'ils arborent fièrement comme des étendards, ce qui accentue le rire. Comment ne pas rire en découvrant l'horreur d'un anonyme qui entendrait ou lirait un nom?! Quant aux cérémonies de marquage et de purification, outre le fanatisme dont elles dégoulinent, il est amusant de lire ce genre de discours, prononcé tout à fait sérieusement. Enfin, le fait que l'auteur les mette en parallèle n'est pas innocent. Il montre que si les deux clans sont sectaires, ceux qui les observent ne sont pas mieux.

Si les idées développées m'ont beaucoup plu, si j'ai ri de voir la dégénérescence de ces hommes, l'histoire m'a laissée indifférente, tout comme les personnages. C'est peut-être voulu de la part de l'auteur. En tout cas, ce roman est à lire pour ses idées.

Éditeur: Vauvenargues.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.

Acheter « Danger, parking miné! » sur Amazon