La femme d'un homme

L'ouvrage:
Todd et Jodi vivent ensemble depuis vingt ans. Ils ne sont pas mariés. Todd trompe Jodi. Cette fois, c'est avec Natasha Kovacs, une fille qui a la moitié de son âge, et qui est la fille de Dean, son meilleur ami. Cependant, Todd est sûr que Natasha n'est pas une passade. Il envisage de quitter Jodi pour elle. Du reste, la jeune femme l'en presse.

Critique:
La quatrième de couverture indique qu'on aimera ce roman si on a aimé «Les apparences». Pour moi, il est malheureux et maladroit de comparer un livre à un autre ou un auteur à un autre. À mon avis, cela ne fait que desservir les livres et leurs auteurs. Il est toujours intéressant de faire des comparaisons, mais il faut les étayer par des arguments et des exemples. Ici, on retrouve la structure du roman de Gillian Flynn (alternance du point de vue de Todd et Jodi), et il est également question d'une histoire de couple. Mais c'est le cas de beaucoup de romans.

Je ne me suis attachée à aucun personnage.
Todd serait détestable s'il n'était pas si caricatural. Il trompe sa femme, se trouve des excuses, est lâche jusqu'au bout (pas seulement avec Jodi), n'est jamais satisfait, ne tire jamais de leçons de son passé, s'apitoie sur son sort, se voit comme quelqu'un de bien... Bref, il est d'une rare goujaterie. Il m'a rappelé Danny Lynch dans «Sur la route de Tara».

Jodi n'est pas mieux. Elle est douce et accommodante (elle accepte à peu près tout) parce qu'elle veut à tout prix garder Todd. On dirait qu'elle ne peut pas vivre sans lui. Je l'ai trouvée pathétique lorsqu'elle appelle ses amies pour proposer un déjeuner... parce que Todd n'est pas là, et que la pauvre chérie ne sait pas quoi faire d'elle-même. D'autre part, je n'aime pas ce que la suite révèle d'elle. Au final, elle ne se remet pas en question, elle non plus. Elle aussi se trouve des excuses pour ne rien assumer. Son comportement pourrait même dénoter un certain dérangement mental, mais qu'elle soit froide, perverse, ou folle, rien en elle ne m'a touchée. Il est vrai qu'on pourrait la comparer à Amy (l'héroïne du roman de Gillian Flynn), mais à mes yeux, cette dernière sonne plus vrai. Elle me semble plus creusée.
L'auteur met en regard l'attitude de Todd et celle de Jodi, invitant son lecteur à réfléchir quant aux deux. C'est intéressant, mais cela ne contrebalance pas ce que j'ai vu comme des défauts.

Quant à Natasha, c'est une peste inconsistante. Bien sûr, elle est là pour faire prendre un certain tournant à l'histoire, et pour que le lecteur voie Todd dans toute sa mesquinerie (je me suis réjouie quand la chère Natasha s'est montrée capricieuse, égoïste, immature, etc), mais j'aurais aimé qu'elle soit plus creusée.

En outre, tous les personnages semblent être des individus de la pire espèce. On voit peu Dean, Allison, et Harry, mais cela suffit pour penser que selon A.S.A. Harrison, tous les hommes sont des salauds inconséquents et toutes les femmes sont des carpettes, des pestes, ou des psychopathes.

Il m'est déjà arrivé de ne pas apprécier les personnages, mais d'aimer l'intrigue. Ici, cela n'a pas été le cas. Les événements sont attendus. D'autre part, le tout est très lent. La romancière ajoute bien une intrigue secondaire (la thérapie de Jodi) qui a le mérite de mieux faire connaître l'héroïne, mais là aussi, c'est assez lent. Pendant plus de la moitié du livre, j'ai attendu qu'il se passe quelque chose qui le sortirait du cliché. Il finit bien par arriver une chose... qui n'a pas pris avec moi. Par la suite, l'auteur sort une carte de sa manche afin de pouvoir faire une fin qui devrait impressionner tout le monde, qui montrerait ce roman comme une machine bien huilée... Cela n'est pas crédible, surtout parce que l'événement n'est pas «maîtrisé» par le personnage, c'est plutôt le hasard qui fait bien les choses, et cela semble gros. Ou alors, il aurait fallu davantage d'explications.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari. Ce livre m'a été offert par les éditions Le Livre de poche dans le cadre de l'opération Masse-critique, organisée par Babelio.

Acheter « La femme d'un homme » sur Amazon