jeudi, 5 août 2021

Pression fatale, de Rita Falk.

Pression fatale

L'ouvrage:
Kusner, un psychopathe, vient d'être condamné pour meurtre. Furieux, il jure qu'il se vengera. Il menace particulièrement le juge Moratchec. Heureusement, il est condamné à une très longue peine de prison. Seulement, il parvient à s'évader...

Critique:
Cette troisième aventure de Franz Eberhofer m'a plu. L'évasion de Kusner et le fait que Franz soit le seul policier du village donne lieu à des combinaisons savoureuses, la plus cocasse étant la grande amitié qui naît entre Moratchec et le papa.

Je n'avais pas trouvé comment l'énigme pouvait se résoudre. De plus, Rita Falk a su me berner avec un rebondissement bien amené, car je n'ai pas soupçonné ce qu'il cachait. Au final, tout est cohérent.

Le plus important est qu'on retrouve la truculence et l'enjouement des personnages et des situations. Je ne sais quel exemple choisir pour évoquer la mémé... Mon préféré est celui du magasin de bricolage. J'ai été ravie des déconvenues du Léopold, même si la plupart sont déjà dans le tome 2. J'ai également retrouvé Zimmerle et Flötzinger avec plaisir. Ce dernier est sympathique parce qu'il amuse, mais je n'aimerais pas que quelqu'un comme lui fasse partie de ma vie.
J'ai également aimé retrouver Birkenberger, même s'il est parfois un peu lourd. Comme dans les autres tomes, on finit par être ravi qu'il soit là. ;-)

J'ai quand même un petit reproche à adresser à l'autrice: avec elle, ce sont toujours les femmes qui s'occupent de la cuisine. Certes, Franz aide la mémé à faire la vaisselle, mais outre que c'est toujours elle qui cuisine, lorsque le papa veut faire un barbecue, et invite toutes les gentilles gens qu'il connaît, les femmes, dès leur arrivée, se précipitent à la cuisine. C'est peut-être fait exprès justement pour exagérer, et montrer l'ineptie de la chose. Ce serait possible. Mais je préférerais que l'autrice montrât cela autrement.

Voici maintenant ma complainte. Apparemment, cette série compte neuf tomes. Pour l'instant, le tome 4 ne semble pas être sorti en français. Comme les trois premiers sont sortis à peu de temps d'intervalle, le 4 devrait être sorti. Cela me fait donc craindre qu'il ne sorte pas, et que de ce fait, Audible ne fasse pas enregistrer la suite des aventures de Franz. Comme je ne parle pas l'allemand, je ne peux pas lire la suite en VO...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Julien Allouf pour les éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.

Comme dans les deux premiers tomes, la prestation du comédien m'a plu. Il joue les cocasses aventures des personnages sans les surjouer. J'ai été un peu déçue qu'il ne prenne pas tout à fait la même voix pour la mémé, mais peut-être qu'on lui a fait remarquer qu'il criait trop fort... Pourtant, c'est justement ce que fait la mémé.

Je terminais ma chronique du tome 2 en louant le fait que l'éditeur avait décidé que les notes explicatives seraient lues à mesure que les mots apparaissaient dans le récit. Malheureusement, pour le tome 3, ces notes sont à la fin du livre. Quel dommage! Audible commence à prendre les mauvaises choses pratiquées par les bibliothèques sonores! Beurk! (Et encore: les bibliothèques sonores font surtout cela pour les glossaires.) J'espère que ce n'est qu'un accident de parcours... ;-)

Acheter « Pression fatale » sur Amazon
Acheter « Pression fatale » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)

jeudi, 29 juillet 2021

Bretzel blues, de Rita Falk.

Bretzel blues

L'ouvrage:
Sur la porte d monsieur Höpfl, on a écrit: «Crève, sale porc.». Pendant que Franz enquête, Höpfl disparaît. Lorsque le village entend à nouveau parler de lui, c'est parce qu'il est passé sous un train. Suicide. Certes, mais Franz remarque des détails qui ne collent pas. Ajoutons à cela que la Suzie part en vacances, que Zimmer et Flötzinger ont décidé de faire un régime, etc.

Critique:
Quelle joie pour moi de retrouver Franz, sa manière de s'exprimer, sa famille originale, ses amis, et ses intuitions. Ce tome m'a autant plu que le premier. L'énigme n'est pas de celles qui contiennent une immense dose de suspense, mais elle est bien pensée et bien acheminée. Elle donne lieu à des scènes cocasses, comme celle où Max, poussé par son père, va révéler certains éléments à Franz. Cette scène m'a fait rire parce qu'elle est la répétition d'une scène du tome 1. Elle est d'autant plus drôle. De plus, je n'avais pas deviné le nom du coupable. Quand Franz l'a trouvé, j'ai même osé penser qu'il se trompait.

À côté de l'énigme, il y a tout ce qui fait qu'on est dans une comédie, et pas seulement dans un roman policier. La mémé continue à houspiller Franz quand elle trouve qu'il se conduit comme un crétin, et guette toujours les promotions. Le papa se repaît des Beatles. Le Léopold leur lèche les bottes tant qu'il le peut. J'apprécie beaucoup la petite vengeance involontaire que Sushi fait subir au Léopold. Ce n'est pas toujours au goût de Franz, mais c'est très sympathique pour le lecteur.
Franz se fait un nouvel ami qui l'aide (un peu à contrecoeur) pour son enquête, et qui est aussi source de rire. J'espère qu'il revient dans le tome 3.

J'ai apprécié la façon dont Rita Falk s'arrange pour montrer toute la bêtise du racisme, pour montrer que si on apprécie ou pas quelqu'un, cela tient à sa personnalité et non à la couleur de sa peau. Certes, cela ne veut pas dire que le personnage raciste va réellement se remettre en question, mais c'est quand même sur la bonne voie.

À la fin de ce tome, on trouve encore des extraits du livre de recettes de la mémé. Cela m'a plu parce que les recettes sont intéressantes, et parce qu'elles sont assorties de commentaires de Franz.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Julien Allouf pour les éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.

Comme dans le tome 1, le travail de Julien Allouf m'a plu. À chaque fois que Max parlait, j'avais un petit rire, car le comédien fait un Max qui est en train de muer, comme le veut son âge. Il le faisait aussi dans le tome 1, mais je l'avais moins remarqué. Cela fait partie des plus qu'apporte la version audio, tout comme la «voix» de la mémé. Tout cela est judicieux de la part du comédien, parce que cela se prête à l'ambiance truculente du roman.

Au long du roman, des notes expliquent certains mots (des plats, par exemple). L'éditeur audio a pris le parti d'insérer la note dans le texte, juste après la phrase où apparaît le mot expliqué par ladite note. Je trouve cette manière de faire tout à fait normale, naturelle, et on ne peut plus approprié. Pourquoi donc le souligne-je avec d'énormes sabots? Parce que les bibliothèques sonores font, à mon avis, cela n'importe comment. Elles demandent à leurs lecteurs de dire «note» en début de note, et «fin de la note» en fin de note. Je trouve cela idiot, parce que la manière dont la note est lue fait qu'on comprend très bien que c'est une note, et que donc le signaler signifie, à mes yeux, qu'on prend l'auditeur pour un abruti. En plus, ces «note» et «fin de note» coupent la fluidité du récit. Je dis tout cela parce qu'en général, je râle après les éditeurs de livres audio soit parce qu'ils mettent de la musique, soit parce qu'ils ne respectent pas la structure du livre.... Donc je redis que la manière dont Audible a inséré les notes de «Bretzel blues est parfaite. Lorsque je garde un roman enregistré par une bibliothèque sonore, et qu'il y a des notes, j'enlève d'ailleurs ces intempestifs «note» et «fin de note».

Acheter « Bretzel blues » sur Amazon
Acheter « Bretzel blues » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)