Bibliothèque : Sésame

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, 20 mars 2015

Kiffe kiffe demain, de Faïza Guène.

Kiffe kiffe demain

L'ouvrage:
Doria, adolescente d'origine arabe, raconte son quartier. Elle vit avec sa mère. Des assistantes sociales viennent. Doria va chez une psychologue, fait du baby-sitting, est aidée dans les matières scientifiques par un garçon de son âge. Mais elle, c'est Hamoudi qu'elle préfère.

Critique:
C'est le premier roman de Faïza Guène. Au début, je l'ai trouvé un peu moins pertinent que les autres, mais très vite, j'ai retrouvé la Faïza Guène qui sait appuyer là où ça fera mouche. Doria a un avis sur tout et tous. Ses observations faites en un style vivant (parlé), fluide, enlevé, avec quelques piques, sont très intéressantes à lire. Par le biais de son héroïne, la romancière s'applique, comme à son habitude, à casser les clichés. Par exemple, Hamoudi a passé plusieurs années dans l'illégalité. Cela ne veut pas dire qu'il ne fera pas tout pour se ranger.
Autre exemple: la mère de Doria est illettrée et au départ, sans ressources. Cela ne fait pas d'elle un parasite de la société.

Notre héroïne se plaît également à critiquer les assistantes sociales. Pourtant, l'une d'elles fait vraiment son travail, et ne se contente pas de brasser du vent. Certes, elle est parfois un peu agaçante (surtout quand elle infantilise Doria), mais il ne faut pas oublier qu'elle est vue par les yeux d'une adolescente prompte à se faire une opinion. La jeune fille finit d'ailleurs par dire qu'elle est peut-être un peu rapide à juger les gens, alors qu'elle rejette les préjugés qu'on pourrait avoir sur sa mère et elle.

Ce roman est également celui d'une jeune fille qui se cherche, qui découvre les peines, mais aussi les joies de la vie. Elle vivra des moments décisifs dont elle ne saisira pas forcément tout de suite l'importance.
C'est un récit sympathique, plein de tendresse, d'entrain, de pertinence.

Éditeur: Hachette Littérature.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée pour Sésame.

Acheter « Kiffe kiffe demain » sur Amazon

mercredi, 12 novembre 2014

Dark horse, de Craig Johnson.

Dark horse

L'ouvrage:
État du Wyoming.
Mary Barsad a abattu son mari de six balles dans la tête après que celui-ci a tué ses chevaux. La jeune femme a avoué le meurtre. Cependant, le shérif Walter Longmire pense qu'une autre vérité se cache. Il va enquêter.

Critique:
Ce livre fait partie d'une série mettant en scène le shérif Longmire. Ce n'est pas le premier tome, mais n'ayant pas été perturbée, je pense que les romans peuvent se lire indépendamment.

L'auteur s'attache d'abord à créer une ambiance. Un peu d'aventure, une énigme, des scènes se déroulant en pleine nature, des combats... Un parfum de western plane sur ce roman. N'ayant pas lu beaucoup de romans de ce genre, j'ai associé cette ambiance avec celle de «La veuve», de Gil Adamson. Mon impression a été renforcée par la similitude de l'idée de départ: Mary tue son époux.

Le shérif est ce que j'appelle un gentil, ce qui, pour moi, fait son charisme. Il se remet en question, malgré des années d'expérience. En outre, il fait partie de ces gens qui se préoccupent vraiment du bien-être des animaux.
Au long du roman, on rencontre d'autres personnages qui ont un petit quelque chose: Vic, par exemple.

Malgré une histoire grave, l'auteur émaille son récit de situations ou de répliques humoristiques. Les échanges entre Walt et Vic le sont majoritairement. On en trouve aussi au détour d'une conversation ayant avoir avec l'enquête.

Quant à l'énigme, elle réserve quelques surprises, mais ne vous attendez pas à de multiples rebondissements ni à du suspense à chaque page. Elle est presque un prétexte pour décrire des personnages et des paysages. La progression de l'enquête est assez lente. Lenteur renforcée par la structure. En effet, pendant une grande partie du roman, Craig Johnson conte alternativement les investigations de Walt et la manière dont il en est venu à enquêter sur cette affaire.
Une partie de ce que révèlent les recherches de Walt m'a paru un peu discutable. C'est expliqué, et l'explication est préparée. Cependant, j'ai trouvé que c'était un peu bancal. D'autant que sur la période pendant laquelle se déroule le roman, Mary a l'air d'être un peu dans les choux. J'avais envie de la secouer.

Éditeur: Gallmeister.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée pour Sésame. (Sésame est maintenant rattaché au GIAA.)

Acheter « Dark horse » sur Amazon

vendredi, 27 décembre 2013

Une vie merveilleuse, de Laurie Colwin.

Une vie merveilleuse

L'ouvrage:
Guido Morris et Vincent Cardworthy sont amis. Ils aiment leur travail. Lorsque Guido rencontre Holly, puis que plus tard, Vincent rencontre Misty, leur vie amoureuse commence vraiment.

Critique:
J'ai aimé retrouver l'écriture alerte, voire primesautière de Laurie Colwin. J'ai apprécié de trouver, au détour d'une conversation, une réplique spirituelle. De plus, l'auteur a l'art d'inventer des situations qui ne manqueront pas de faire sourire. Par exemple, la récurrence du fleuriste, ou bien la manière dont se comporte Vincent lorsqu'il est amoureux transi. N'oublions pas le symbole que représentent les sardines. À ce sujet, la romancière se plaît à détourner un code amoureux. C'est d'autant plus risible que selon nos codes, la sardine n'est vraiment pas un cadeau approprié pour séduire sa belle.
Il m'a plu de voir évoluer ces quatre personnages, que leur évolution dépende de leur caractère, mais aussi de l'amour ou de l'amitié.

L'histoire peut paraître assez banale. Ce qui la démarque, c'est la fine analyse que Laurie Colwin fait de ses personnages. En outre, certains sortent des sentiers battus. Holly, par exemple, a parfois besoin d'éloignement pour retrouver son amour avec davantage de force. Quelqu'un de très éloigné de cette idée (comme Guido, mais aussi comme moi) aura du mal à l'accepter, d'autant qu'en général, un besoin d'éloignement n'est pas synonyme de bonheur. le lecteur et Guido doivent composer avec cette petite étrangeté d'Holly. Certains iront peut-être même jusqu'à rire lorsqu'elle fait retraite.

Les réactions de Misty paraissent classiques. Au départ, je l'ai comprise, car elle est amoureuse d'un garçon qui, avant elle, se plaisait à des aventures sans lendemains. Ensuite, son inquiétude presque perpétuelle m'a un peu fait sourire, d'abord parce qu'elle m'a rappelé Jane Louise, et puis parce que je sais qu'il arrive à certains d'entre nous d'avoir ce genre d'inquiétudes, même si ce n'est pas aussi poussé que dans le cas de Misty. Par ailleurs, connaissant Vincent, qui n'aurait pas ces inquiétudes? La jeune femme s'analyse elle-même, et on comprend bien son point de vue grâce à son caractère. Il m'a été plus facile de comprendre Misty qu'holly.
Au sujet de Misty, j'ai apprécié que l'auteur montre que rien n'est jamais certain. En effet, à un moment, la jeune femme s'illustre en faisant une scène à son supérieur. Étant données les circonstances, il était évident pour moi qu'elle serait renvoyée sur-le-champ...

Laurie Colwin parsème son roman d'autres personnages. Ils sont secondaires, mais laisseront leur marque dans l'esprit du lecteur. Stanley, par exemple, m'a plu parce que sa loufoquerie allégeait l'atmosphère du roman. En outre, je me suis surprise à analyser sa relation amoureuse.

La fin m'a plu parce qu'elle montre l'aboutissement de l'évolution de chacun, mais aussi parce qu'après avoir fini le livre, j'imagine les personnages continuant leur chemin. Je ne les vois pas figés comme ils l'auraient été par une fin trop fermée.

Un livre sympathique, divertissant, analysant bien relations, situations, et caractères.

Éditeur: Autrement.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée pour Sésame.

Acheter « Une vie merveilleuse » sur Amazon

mercredi, 18 décembre 2013

Le problème avec Jane, de Catherine Cusset.

Le problème avec Jane

L'ouvrage:
Jane, professeur d'université, reçoit un manuscrit. Il raconte l'histoire de sa vie, avec son ressenti par rapport aux événements qui la jalonnèrent. Mais qui la connaît donc à ce point?

Critique:
Au départ, le lecteur sera attiré par cette idée. Il se demandera immanquablement comment il réagirait si cela lui arrivait. Ensuite, il fallait que l'auteur puisse honorer son pari. Il n'est pas simple de mener ce genre d'idées jusqu'au bout: ça peut très vite tourner au n'importe quoi. Ici, la solution de l'énigme est vraisemblable, même si certains la trouveront peut-être un peu facile. Elle ne m'a pas gênée parce qu'au long du livre, l'énigme devient presque secondaire. L'auteur profite de cette idée de départ, car par la force des choses, Jane doit revenir sur son passé, ses actes, son comportement, la manière d'agir des autres... À travers ce personnage, l'auteur montre que parfois, il est bon de regarder en arrière après avoir pris du recul.

Jane ne m'a pas été particulièrement sympathique. Mais ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Cela la rend plus réaliste. Si parfois, certaines de ses réactions paraissent excessives, on peut les comprendre. Le personnage est creusé, bien analysé, cohérent.
D'autre part, il est intéressant de voir comment les autres perçoivent Jane.

Catherine Cusset s'attache à entretenir l'énigme et à la rappeler à son lecteur dans les passages où Jane interrompt sa lecture du manuscrit et où son ressenti est décrit. À ce moment-là, elle se pose des questions et parie sur qui a envoyé le manuscrit. J'ai trouvé cela un peu poussif. C'est logique, mais Jane change trop souvent de suspect. C'est un peu artificiel.
D'autre part, la construction fait que le lecteur sait fatalement certaines choses avant qu'elles soient explicitées (par le récit du passé). Ici, c'est dommage.

Éditeur: Gallimard.%%La version audio que j'ai entendue a été enregistrée pour Sésame.
Le lecteur est sympathique. Il ne surjoue pas, mais ne «dort» pas non plus. Je trouve dommage qu'il ait laissé des erreurs de lecture.
D'autre part, il est regrettable que Sésame découpe ses livres de manière aléatoire (environ toutes les dix pages) et non en suivant les chapitres. Je trouve cela sale.
Enfin, je ferai le même reproche que celui que j'ai fait dans «Le dévouement du suspect X», de Keigo Higashino concernant les passages en italique.

Acheter « Le problème avec Jane » sur Amazon

lundi, 12 août 2013

Peur express, de Jo Witek.

Peur express

L'ouvrage:
Ce 22 décembre, six adolescents vont prendre le même train. Ils ne se connaissent pas. Lors de ce voyage, chacun vivra une expérience hors du commun ayant un rapport avec sa vie.

Critique:
Voilà un livre sympathique. D'abord, Jo Witek prend le temps de nous présenter ses protagonistes. Chacun a sa vie, ses joies, ses peurs, ses révoltes. Cette partie n'est ni lente ni poussive. J'ai pris plaisir à découvrir ses personnages. Outre les adolescents, on rencontre Jeanne, la conductrice du train, et Robert, le contrôleur.

Ensuite, l'auteur intrigue son lecteur en lui faisant partager les expériences vécues par les adolescents. À certains moments, j'ai trouvé certaines choses un peu grosses, comme la rapidité de Dylan à déclarer que telle personne devait être neutralisée. Mais outre que ces scènes m'ont plutôt fait rire, elles s'expliquent très bien par la suite. En effet, au départ, on peut croire qu'elles appartiennent à un très mauvais scénario, mais ensuite...

Certains personnages ne sont pas forcément sympathiques au premier abord, et puis, quand on les connaît mieux, on change d'avis. Il est vrai que ce que vont vivre ces personnages va radicalement changer leur vie. Ce sera comme un parcours initiatique les menant vers eux-mêmes, mais aussi (ers d'autres aspects du monde à explorer.

La résolution de l'énigme est peut-être un peu facile. Certes, mais il fallait bien que Jo Witek trouvât une solution qui tiendrait compte de tous les paramètres. J'ai été un peu déçue parce que certaines choses m'ont paru un peu clichées, mais je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais, donc je finis par penser qu'il n'y avait pas d'autres possibilités. On peut trouver un peu gros que certains (le père de Dylan, par exemple) ouvre soudain les yeux, mais après tout, pourquoi pas? Parfois, il suffit d'un déclencheur.
Il est aussi un peu gros qu'une complicité s'établisse aussi facilement entre deux personnes, mais l'auteur donne plusieurs éléments qui font qu'on ne tique pas trop.
La «guérison» de deux personnages est aussi très dure à croire... Je pense qu'à travers ces vies, l'auteur a voulu dire que malgré les difficultés qu'on rencontre dans la vie, il faut tenter d'avancer, car ne pas le faire ne peut être que nuisible pour soi-même.
J'ai aussi trouvé un peu cliché qu'il y ait six adolescents: trois garçons et trois filles, et que certains couples se forment...

Malgré ses petits défauts, ce roman reste une histoire sympathique avec du suspense, aucun temps mort, et montrant des gens capables d'avancer, de faire preuve d'empathie.

Éditeur: Actes Sud.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée pour Sésame.

Acheter « Peur express » sur Amazon

- page 1 de 2