Martin de la Brochette

L'ouvrage:
Martin de la Brochette est issu d'une famille bourgeoise parisienne. Il n'aime pas ce que représente son milieu. Contrairement à ce qu'on espère pour lui, il souhaite être boucher.

Critique:
Certains pourraient dire que ce sympathique petit roman caricature les choses. Pour moi, il n'en est rien. Certes, la mère et la soeur du narrateur ressemblent à des caricatures, mais il existent des personnes comme elles. D'autre part, si au début, presque tous les de la Brochette (sauf Martin) semblent être ainsi, les choses se nuancent. L'un d'eux remet tout en question, et finit par aller là où le mènent ses aspirations. Quant au père de Martin (qui n'est plus de ce monde dès le départ), il y a plusieurs allusions au fait qu'il n'approuvait pas tout ce qui «se faisait» dans le genre de familles auquel il appartenait.
On peut également dire que Pierre est un personnage nuancé, car depuis son enfance, il aime et respecte Martin qui crie sa différence.

De plus, l'auteur montre bien que tout est une question de point de vue. Ceux qui rejettent un milieu le font parce qu'ils n'y sont pas heureux. De ce fait, ils le voient comme très noir (surtout si on tient à les y faire rester), et voient comme idyllique celui qu'ils préfèrent. La démonstration en est très bien faite, et pas seulement avec l'exemple de Martin. Par ce biais, Thierry des Ouches nous force à reconnaître que nous avons du mal à accepter un milieu dans lequel on n'aimerait pas évoluer. Ceux qui liront ce roman se verront forcément mieux dans l'un ou l'autre milieu, et se surprendront peut-être à ressentir un peu de mépris vis-à-vis de l'autre. Martin lui-même se voit contraint d'accepter qu'une personne qui lui est chère rejette la vie qu'il chérit. Cela ne va pas sans grincements. Cependant, notre héros se remet en question et tente de comprendre, alors que sa propre mère n'essaya jamais de le comprendre.

Outre les moqueries de Martin envers son milieu d'origine, le roman contient d'autres passages humoristiques. Comment ne pas rire devant l'entêtement maladif de Bernard, ou devant la facilité avec laquelle Solange cède à ses émotions? Certains diront que c'est lourd. Peut-être, mais j'ai trouvé que c'était bien amené, dit sans niaiserie.

Pierre m'agace parfois un peu, parce que malgré sa tolérance et son ouverture d'esprit, on voit bien qu'il veut contraindre tout le monde à se rendre à l'église. Cela se comprend, mais c'est quand même un peu pénible.

Je n'aime pas trop l'idée développée vers la fin (qui n'est qu'une théorie, mais qui plaît bien à Martin), à savoir que l'appréciation ou pas d'un milieu vient du fait qu'on en soit issu ou pas à 100%. Bien sûr, l'auteur ne l'affirme pas, puisqu'il montre d'autres exemples de personnes qui s'éloignent de leur milieu, mais cela m'a quand même dérangée.
J'ai bien conscience que ce petit reproche n'est que du pinaillage.

Je vous conseille ce petit livre sympathique: drôle, tendre, humoristique, et qui fait quelque peu réfléchir.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marie-Philippe Lachaud.
Ce livre m'a été offert par les éditions Daphnis et Chloé par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Acheter « Martin de la Brochette » sur Amazon