How to save a life

L'ouvrage:
Après vingt-cinq ans de mariage, le mari de Robin Macsweeny est mort. Ils souhaitaient adopter un enfant. Elle décide de le faire seule. C'est ainsi que Mandy, dix-neuf ans, arrive chez les Macsjeeny. Lorsque son bébé sera né, elle le donnera à Robin. Tout cela n'est pas du goût de Jill, dix-sept ans, fille de Robin.

Critique:
À travers ce roman, Sara Zarr soulève plusieurs questions. Comment faire son deuil? Comment réagir à la sollicitude des autres? Comment montrer sa sollicitude à quelqu'un qui en a besoin, mais ne sait pas la recevoir. Jill et Robin font ce qu'elles peuvent pour combler le vide, pour ne pas s'effondrer. Jill est souvent injuste envers Mandy, mais qui ne le serait pas à sa place? Une parfaite inconnue débarque, elle est censée donner son bébé à la famille... mais rien n'a été signé, conformément au souhait de cette inconnue...

Se pose également la question de la confiance qu'on peut accorder aux autres. Jill se méfie de Mandy. Qui l'en blâmerait? Mandy réfléchit, et a peur de ne pouvoir faire confiance à Robin, malgré la gentillesse de cette dernière. Cela se comprend également. Le monde fourmille de gens indignes de confiance. Je me suis sans cesse demandé ce que je ferais à la place de tel ou tel personnage, dans cette situation très délicate. Sara Zarr montre d'ailleurs plusieurs types de réactions. Si Jill se montre fermée à Mandy, Robin et Dylan sont à l'écoute. Si Mandy pressent qu'elle peut faire confiance à Robin, ce n'est pas à elle que vont ses confidences.

L'auteur met également en regard deux jeunes filles ayant eu une vie totalement différente. J'ai compris les doutes de Mandy et sa maladresse chronique dans la vie en général. On pourrait la voir comme une cruche. Je pense que c'est plutôt quelqu'un qui a poussé comme elle a pu, qui n'a pas été armée, et qui n'a pu survivre qu'en s'adaptant. Et parfois, l'adaptation nécessite de s'effacer, et provoque l'absence de révolte.
Quant à Jill, elle est bien analysée aussi. Sa détresse est toute autre, mais nécessite également une adaptation.

L'intrigue peut paraître un peu lente, un peu grosse. Je ne sais pas trop. Cela m'a plu, même si certaines choses semblaient prévisibles. J'aurais quand même aimé que certaines choses soient moins rapides, ou du moins qu'on les voie davantage se régler.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par les éditions Listenning Library. Ariadne Meyers lisait les passages narrés du point de vue de Jill, et Cassandra Morris ceux vus par Mandy.
Je connaissais déjà Cassandra Morris dont j'aime la voix et le jeu. J'ai également apprécié Ariadne Meyers. J'ai quand même été surprise que Jill ne soit pas interprétée par une comédienne qui aurait eu un timbre plus adolescent. Après tout, elle a dix-sept ans.

Acheter « How to save a life » en audio anglais sur Amazon