La peau de Sharon

L'ouvrage:
George et Sharon Slater se sont mariés par intérêt. Il est avocat, et a besoin d'une belle femme ayant des manières à montrer dans les dîners mondains; elle est carriériste. Seulement, Sharon s'est vite rendue compte que quelque chose n'allait pas. Après qu'elle a refusé les jeux sexuels sado-maso de George, sa vie se transforme en cauchemar. Elle retrouve, par exemple, une de ses barbies d'enfant couverte de sang, son écureuil préféré mort dans sa chambre... Lorsqu'elle montre cela à son mari, il ouvre de grands yeux, et nie avoir organisé ces mises en scène. Il insinue que c'est elle. Elle est sûre que George la manipule, tente de la faire passer pour une folle. Elle pressent qu'il va la tuer, et faire passer sa mort pour un suicide. Sharon doit sauver sa peau. Elle s'en va.

Critique:
Ce thriller est percutant par plusieurs côtés. D'abord, le lecteur nage complètement. Il suit Sharon qui s'en va, puis ne comprend plus rien. Pourquoi est-elle suivie? Il comprend bien que ses poursuivants ne lui veulent pas de bien, mais il ne comprend pas pourquoi tant de monde s'acharne sur elle. Car ses poursuivants se multiplient, et parmi ceux qui souhaitent sa mort, nous rencontrons des politiciens...
Le lecteur est perplexe, car quand il retrouve Sharon, et découvre ses pensées et le récit de sa vie passée, il n'y a rien concernant ces politiciens. De ce fait, il est impossible au lecteur d'assembler les morceaux du puzzle. Cette tactique de l'auteur est très ingénieuse. Je me suis même demandée s'il n'avait pas écrit n'importe quoi juste pour nous embrouiller! ;-) Rassurez-vous, tout s'explique!

En outre, tous les ingrédients du thriller y sont: mystère, suspense, personnages effrayants, situations terrifiantes, violence, tueurs sans états d'âme... Ce roman foisonne de rebondissements tous bien agencés qui font que le lecteur, en plus d'être perdu, n'a pas le temps de souffler. Bon, il y a aussi quelques longueurs, mais elles passent bien. Il est vrai qu'au bout d'un moment, on en a un peu assez que Sharon soit tout le temps poursuivie, mais l'auteur sait se renouveler juste au moment où le lecteur trouve qu'il commence à s'essouffler.
Quant à la violence, ces meurtres gratuits, ces carnages... j'ai trouvé pue c'était des éléments inutiles. Pourquoi ne laissent-ils pas les gens après les avoir interrogés? Mais là encore, l'auteur ajoute un élément qui donne un sens à ces violences, et qui resserre le piège autour de Sharon. De multiples situations font que Sharon est cernée de tous côtés. Par exemple, elle aurait pu éviter le shérif dictateur, il aurait suffi qu'elle s'arrêtât dans une autre ville... Donc, au long de l'intrigue, l'auteur créé de nouvelles embûches qui renforcent la complexité du roman.

Les personnages sont intéressants. Leur psychologie est creusée, surtout celle de Sharon. Elle n'est pas simplement une gentille personne à qui tout le monde en veut. Elle a aussi ses zones d'ombre, ses failles... elle a même un douloureux secret...
George, Pam, Lil, Ruth... tous ces personnages sont intéressants, mais je n'en dirai pas plus, à vous de les découvrir!

En général, dans un roman, les chapitres ont une taille à peu près égale. Là encore, l'auteur sort des sentiers battus: certains chapitres de ce thriller sont très courts, et d'autres très longs. Ce n'est pas un reproche, c'est une bonne chose, car ce petit détail contribue aussi à dérouter le lecteur en le sortant de la routine.

Éditeur: Payot et Rivages.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Edgar Raeber pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « La peau de Sharon » sur Amazon