Blind Lake

L'ouvrage:
Sur la base scientifique de Blind Lake, Marguerite Hauser étudie le comportement d'un être appartenant à une civilisation d'une autre planète. Elle l'a baptisé le sujet. Certains chercheurs de voient pas cela d'un très bon oeil.
Tess, la fille de Marguerite, est une enfant solitaire, timide, et ayant du mal à s'exprimer. Elle voit, parfois, dans une surface réfléchissante, une fille qui lui ressemble. Cette fille lui parle. Elle l'a baptisée la fille du miroir.

Critique:
J'ai aimé ce livre. Mais je pense que c'est pour de mauvaises raisons. J'ai été bien plus intéressée par les personnages et leur vie que par la partie science-fiction. J'ai d'ailleurs trouvé cette partie assez légère. J'ai suivi avec intérêt les observations de Marguerite quant au sujet, mais j'ai trouvé que cela traînait un peu. Tout comme l'histoire de Tess et de la fille du miroir. J'ai trouvé cela d'autant plus lent que je savais bien que Tess ne souffrait pas de désordres mentaux, comme le croient les personnages.
J'ai également apprécié les traits humoristiques de l'auteur, comme par exemple, l'obsession de Ray pour les ding dong.

On me dira que les personnages sont un peu clichés: Chris, Marguerite, et Tess sont «gentils», Ray est «méchant»... Je me suis quand même attachée aux trois personnages principaux. Ils ne sont pas particulièrement creusés, mais pour une fois, cela m'a suffi à les trouver sympathiques.
Ellen est un personnage assez intéressant. Elle semble toujours en colère après tout et tous, mais sa rage est souvent légitime. Cela montre aussi qu'Ellen n'est pas blasée, puisqu'elle se bat encore pour des choses importantes.

De plus, j'ai aimé le style de l'auteur: simple et parfois poétique. Le début du chapitre 11 est à lire: on s'imagine très bien cette étendue de neige, et les pensées de Tess accompagnent joliment le récit.

L'intrigue est assez facile à suivre. On devine certaines choses, mais cela ne rend pas la lecture désagréable. J'aurais été dépitée que certains événements se déroulassent autrement. Pour une fois, je préfère que l'auteur se soit conformé à certains codes.

Éditeur: Denoël.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jean-Yves Fournier pour l'association Valentin Haüy.
Le lecteur est une des raisons pour lesquelles j'ai apprécié ce roman. Il joue un peu sans cabotiner, et n'exagère pas lorsqu'il s'agit d'interpréter des personnages féminins.

Acheter « Blind Lake » sur Amazon