Auteur : Weiner Jennifer

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 19 novembre 2012

Then came you, de Jennifer Weiner.

Then came you

Note: À ma connaissance, ce roman n'a pas encore été traduit en français.

L'ouvrage:
Julia (dite Jules) Strauss se voit proposer de vendre ses ovules pour au moins 20000 dollars. Elle a une raison particulière de sauter sur l'occasion: elle souhaite offrir une cure de désintoxication à son père qui est alcoolique.

Annie et Frank Barrow n'ont pas beaucoup d'argent. La jeune femme pense qu'elle pourrait en gagner tout en rendant service. Elle décide donc d'être mère porteuse.

Bettina Croft est horrifiée: son père, Marcus, se remarie avec une femme d'au moins quinze ans de moins que lui. Bettina est persuadée qu'India Bishop n'en veut qu'à l'argent de son richissime père. Outre qu'elle ressent la fausseté chez sa belle-mère, elle tient à ce que ses parents se remettent ensemble.

Critique:
Jennifer Weiner fait intervenir ses quatre héroïnes à tour de rôle. J'aime beaucoup ce procédé. Par petites touches, l'auteur construit ses personnages, révèle leurs pensées intimes, leurs secrets... Parfois, c'est un peu artificiel. Par exemple, on apprend l'histoire d'India par bribes, et en plus, elle n'est pas contée chronologiquement. Certains retours en arrière sont donc trop tardifs. Il est évident que l'auteur les retarde, et c'est un peu gros. Néanmoins, ils n'engendrent pas de lenteurs, comme ce fut le cas dans «Des amies de toujours».

Je n'ai pas réussi à apprécier India. Elle n'a su que m'agacer au long du roman. Certes, elle a souffert, ce qui explique certains de ses actes, mais cela ne les excuse pas. La plupart du temps, elle ne sait que fuir et geindre. Je l'ai trouvée particulièrement pénible dans l'histoire avec David. Qu'elle ne l'aime pas, soit, mais qu'elle ait fui sans explications est un peu plus dur à accepter. Enfin, son insensibilité vis-à-vis de lui est méprisable. Elle ne lui demande pas pardon, n'explique rien... Bien sûr, elle ressent certaines choses, mais elle n'extériorise pas. C'est d'ailleurs l'un de ses défauts au long du roman.
En outre, ce qu'elle finit par découvrir quant à elle-même et à Marcus est un peu gros. Je suppose que ça arrive, mais j'ai trouvé cela trop facile. Je sais qu'India était sincère, ce que je remets en cause, c'est la façon dont l'auteur l'a dépeinte. Elle semble rester quelque peu écervelée. Or, je sais que ce n'est pas ce que Jennifer Weiner a voulu montrer.

J'aime beaucoup Annie. Outre une douceur qui lui semble naturelle, j'ai apprécié son manque d'assurance, sa persévérance, son envie d'améliorer les conditions de sa famille, de ne pas être seulement la femme de Frank et la mère de ses enfants. Annie a l'intelligence du coeur.

Bettina m'a fait rire, m'a parfois agacée. Elle est à la fois clairvoyante et se cache une vérité qui crève les yeux. Elle est responsable, mais paniquera lorsque la tâche s'avèrera très difficile. Elle semble dure et intransigeante, mais c'est une manière d'enfouir ses failles, de ne pas laisser son coeur s'attacher à des gens qui pourraient la blesser. Elle est à la fois avertie et naïve.

Quant à Jules, elle sait faire la part des choses, se remettre en question. La perte de son rêve la fait brutalement avancer sans l'aigrir (à l'inverse de Bettina qui l'était un peu, au début). En outre, le rêve de Jules n'était pas absolument impossible, 'au contraire de celui de Bettina.

La toute fin est peut-être un peu facile, mais je l'aime beaucoup. J'aurais compris que certaines choses soient différentes, mais je préfère que Jennifer Weiner ait choisi cette fin. Elle a su la rendre crédible, au long du roman.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par les éditions Simon and Schuster Audio La distribution est:
Annalynne McCord: Jules
Jenni Barber: Annie
Aya Cash: Bettina
Karen Ziemba: India
L'éditeur a veillé à choisir des comédiennes aux timbres de voix différents. Chacune a su entrer dans la peau de son personnage. À un moment, j'ai trouvé que Jenni Barber parlait un peu trop doucement, et faisait traîner sa voix, accentuant par là son enrouement. Je pense qu'elle voulait montrer toute la discrétion d'Annie, sa timidité, ses incertitudes. Elle y est parvenue, mais il y a eu un moment où elle en faisait trop.
J'ai trouvé amusant que malgré des voix très différentes, les quatre comédiennes aient toutes un léger enrouement.

Acheter « Then came you » en anglais sur Amazon

lundi, 11 juin 2012

Des amies de toujours, de Jennifer Weiner.

Des amies de toujours

L'ouvrage:
Ce soir-là, après un rendez-vous raté, Addie Downs est seule chez elle. C'est alors que Valérie Adler, son ancienne amie sonne à la porte. Les deux femmes sont brouillées depuis leur adolescence. Ce soir, Valérie demande à Addie de l'aider. Elle a fait une bêtise, et a besoin d'elle.

Critique:
Le livre contient de bonnes idées, mais aussi des défauts. Il est beaucoup trop lent. Beaucoup d'événements traînent. D'autre part, les retours en arrière ne sont pas vraiment bien placés. Ils arrivent trop tard et sont trop nombreux. Par exemple, Addie raconte l'arrivée de Valérie chez elle, puis l'auteur fait un retour en arrière expliquant comment est née l'amitié entre les deux jeunes filles. Cela devrait être une bonne idée. Cependant, je déteste ce principe ô combien artificiel qui consiste à nous montrer le présent, puis à nous faire languir en faisant un long retour en arrière. Bien sûr, le retour en arrière est pertinent: il explique la nature des relations entre les deux filles, montre les familles, leurs situations, leurs caractères... Soit, mais je pense que l'auteur aurait pu faire quelque chose de moins long, et aurait même dû placer cela avant. Je n'aurais pas eu cette sensation de frustration, et j'aurais davantage apprécié la mise en place des choses.
Le livre louvoie sans cesse entre présent et passé... si c'est pertinent dans certains romans, ici, cela engendre des lenteurs (l'auteur se répétant), et une impression de fouillis.

Lorsqu'on revient au présent, l'enthousiasme retombe vite, car là encore, Jennifer Weiner s'embourbe dans les lenteurs. Et puis, l'enchaînement des faits n'est pas très crédible. Si on peut, à la rigueur, comprendre qu'Addie retombe sous la coupe de Valérie, ce qu'elles font est assez bête. Elles le savent, le disent, mais le font quand même.
Et puis, Valérie agit de manière stupide en utilisant la carte de crédit. Même si elle semble assez écervelée, on a du mal à croire qu'elle a tout simplement oublié qu'il valait mieux ne pas le faire.

L'auteur introduit certaines notes humoristiques, comme le faux hold-up et certaines choses que fait Valérie.
D'autre part, elle explore le thème de l'amitié de manière assez pertinente, décryptant et expliquant celle (étrange et incongrue) qui lie Addie et Valérie.
L'auteur aborde également le thème du harcèlement moral. Ici, ce sont des adolescents entre eux...

C'est sûrement dans l'analyse des personnages que la romancière excelle. Avec sensibilité et justesse, elle décrit Addie, Valérie, et Jordan. Ce sont des personnages complexes.
J'ai été particulièrement touchée par Addie. Elle ne fait pas toujours les bons choix, est un peu timorée, se laisse dominer par Valérie, ne voit pas qu'elle n'est pas la seule à souffrir... Mais elle tente de s'en sortir et d'être quelqu'un de bien. Mention spéciale au passage où elle décrit comment elle se débarrasse de son addiction...

J'ai également apprécié Jordan. Certains diront qu'il pleurniche beaucoup sur la fin de son mariage. J'ai compris sa douleur, voire son aigreur teintée de notes d'humour noir. Sa femme m'a, par contre, beaucoup agacée!

Je n'ai pas pu apprécier Valérie pendant une grande partie du roman. Elle a des circonstances atténuantes, certes, mais elle m'a exaspérée. Elle a toujours l'air de jouer un rôle et de le jouer n'importe comment. Elle est constamment à la recherche de reconnaissance, et quand Addie cherche à l'aider, elle la remercie de la pire façon qui soit. Sa manière de se mettre en scène, de faire des remarques complètement inappropriées, et de réagir de façon inadéquate ne la rendent pas loufoque, mais insupportable!%%Je l'ai réellement appréciée à la fin du roman. Elle garde sa verve tout en perdant son côté puéril.

Éditeur français: Belfond.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jim Colby et Nicole Poole pour les éditions Recorded Books.
J'aime beaucoup Jim Colby qui a une voix claire et agréable. J'aime moins la voix de Nicole Poole que je trouve un peu sourde et légèrement enrouée. Cependant, son intonation est toujours adéquate. Sa lecture est sensible, son jeu est fin.

Acheter « Des amies de toujours » sur Amazon

vendredi, 1 avril 2011

Crime et couches-culottes, de Jennifer Weiner.

Crime et couches-culottes

L'ouvrage:
Ben et Kate vivent à Up-Church, une petite ville du Connecticut. Pour Kate, c'est une ville trop lisse, trop polissée. En outre, son mari est surchargé de travail, et la jeune femme passe ses journées à s'occuper de ses trois enfants en bas âge. Cette vie morne la frustre.
Un jour, elle va rendre visite à sa voisine, Kitty Cavannaugh, qui l'avait invitée à déjeuner. Elle la trouve morte, un couteau planté dans le dos. Kate mènera une enquête parallèlement à la police.

Critique:
Ce livre est à la fois grave et drôle. En effet, il aborde un peu légèrement, mais finalement, assez finement, un aspect des relations humaines. Il est dommage que certaines exagérations gâchent le message que l'auteur tente de faire passer. La ville d'Up-Church est un peu clichée. Toutes ces mères parfaites qui donnent de la nourriture parfaite à leurs enfants parfaits, ces mères qui ne semblent jamais dépassées... c'est très peu crédible. À côté de ça, il y a Kate qui ne donne, à l'entendre, que des cochonneries à ses enfants, dont les vêtements sont toujours tachés par les sécrétions desdits enfants, qui n'a pas de temps pour elle...

Il est intéressant de découvrir Kitty au fil de l'enquête de l'héroïne. On s'aperçoit qu'elle était moins tranchée, moins extrémiste que toutes les femmes d'Up-Church, et ce qu'on apprend sur elle la rend sympathique. C'est une ficelle un peu grosse, mais elle passe bien.
Kitty m'a quand même agacée sur un point...

L'humour est omniprésent, et parfois, c'est plus réussi que d'autres. Par exemple, Janie est censée être un personnage amusant. Pourtant, elle m'a souvent agacée. Je n'ai pas aimé son caractère excessif. Bien sûr, tout ce qu'elle fait, elle le fait par amitié, ce qui fait qu'on l'excuse... à terme.
D'autres scènes sont amusantes, et préparent le lecteur à un moment de tension, comme par exemple le cours de yoga que prennent Kate et Janie.
La scène où le lait et le soda sont renversés m'a bien fait rire.

L'intrigue traîne un peu, surtout quand Kate et Janie font des suppositions concernant l'identité du meurtrier.
J'ai été un peu gênée par les retours en arrière, car j'aime moins les livres où les auteurs procèdent ainsi, mais je m'y suis faite, car l'histoire m'a plu.
En effet, malgré quelques lenteurs, l'intrigue est intéressante. Kate est assez crédible en détective amateur. Et outre Kitty, le lecteur découvre Kate, sa vie, ses blessures... Elle est attachante, même si j'ai eu du mal à comprendre qu'elle s'enferme dans un mariage dont elle n'avait pas vraiment envie. Elle fait cela pour éviter de souffrir, et finalement, elle aime son mari, mais ce choix l'a peut-être desservie, à terme. D'ailleurs, ce sera au lecteur de trancher cette question. Si la fin explique les tenants et aboutissants de l'enquête, la destinée de notre héroïne reste en suspens. Je n'aime pas trop ce genre de fins, mais je ne sais pas ce que j'aurais voulu que Kate décide.

Certains autres personnages sont à la fois amusants et antipathiques: Lauralynn est une furie extrémiste; Philip est un coureur de jupons invétéré qui profite même de sa prétendue tristesse pour essayer de séduire une autre femme.

Éditeur: Belfond.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Hélène Leroy pour l'association Valentin Haüy.
Je n'ai pas l'orthographe exacte du nom de la lectrice, je lui présente donc mes excuses si celui-ci est mal écrit.

Acheter « Crime et couches-culottes » sur Amazon