Chambre froide

L'ouvrage:
Ancien journaliste, David Raker est détective privé.
Un jour, Mary Towne lui soumet une affaire étrange. Son fils, Alex, est mort il y a un an dans un accident de voiture. Son corps, carbonisé, a pu être identifié grâce à ses empreintes dentaires. Pourtant, Mary a vu son fils dans la rue, il y a peu. Elle l'a même suivi. D'abord réticent, David accepte d'enquêter.

Critique:
L'idée de départ est très bonne, car elle allèchera immanquablement le lecteur. Elle est également un pari risqué, car il faut qu'elle soit viable tout au long du roman. Dès le départ, j'ai pris le parti de croire qu'Alex n'était pas mort. Bien sûr, il y a cette histoire de dents. Cette contrainte entraîne l'auteur à imaginer des choses qui peuvent paraître un peu grosses, mais il les rend crédible grâce au contexte qu'il crée. Comme je suis pinailleuse, j'ai pensé aux tests ADN, mais il est vrai que les circonstances ne les nécessitaient pas.

Tant que j'en suis à ergoter, j'ai trouvé un peu gros que pendant plusieurs heures, David, dont certaines parties du corps sont extrêmement douloureuses, parvienne, entre autres, à courir. Il est vrai que lorsqu'on est poussé par la peur, on peut faire beaucoup de choses dont on ne se serait pas cru capable...

L'auteur utilise une ficelle à laquelle je m'attendais quelque peu concernant «le coupable». Cela m'a un peu déçue, car ayant déjà été utilisée, cette ficelle perd de son éclat. Le lecteur qui y pense rapidement renforcera très vite son idée grâce aux indices (maigres, il est vrai, mais quand on sait ce qu'on cherche, on le trouve), donnés par l'auteur. Malgré ma déception, je reconnais que Tim Weaver s'en sort bien. Il n'y a pas d'incohérences, le tout est crédible...

Le roman se lit très vite. Malgré mes petits reproches, je n'ai pas pu le lâcher. L'auteur ne fait pas de remplissage, les événements et les rebondissements s'enchaînent très bien. Au bout d'un moment, l'intrigue devient «classique»: l'enquête mène David à se mettre en danger, et il est poursuivi de toutes parts. Cependant, on ne s'ennuie pas, d'abord parce que c'est logique. Ensuite parce que le danger est imprécis, flou. Il semble être représenté par beaucoup de personnes, mais la plupart ne sont que des pions. Le danger semble pouvoir venir de partout.

Quant à ce que l'on découvre... c'est assez fou, assez pervers, assez fanatique pour effrayer le lecteur. L'analyse psychologique est très bien menée.

Si l'écrivain construit une bonne intrigue, il ne bâcle pas son personnage principal. Je n'aime pas trop les héros meurtris par la vie, car c'est également un thème qui revient dans les thrillers, mais il faut reconnaître que David est très bien analysé, et que son passé lui donne de l'épaisseur. Indissociable de son présent, il le guide, le pousse à agir d'une manière précise.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par MA éditions par l'intermédiaire de l'agence de communication Gilles Paris.

Acheter « Chambre froide » sur Amazon