Il est de retour

L'ouvrage:
2011.
Hitler s'éveille dans un terrain vague. Soixante-six ans ont passé depuis sa dernière soirée dans son bunker avec Eva. Le monde dans lequel il se retrouve a bien changé, ce qui ne lui plaît pas du tout.

Critique:
Il était risqué d'écrire un livre sur ce sujet. À mon avis, Timur Vermes s'en tire bien. Le roman se veut majoritairement drôle. L'auteur oppose sans cesse la pensée du dictateur, habitué à ce qu'on lui obéisse, et celle du «nouveau monde» dans lequel il évolue. Les réflexions et comparaisons qu'il fait sont assez amusantes de par le décalage révélé.
Notre héros rencontre des gens de bonne volonté qui présument tout de suite qu'il joue un rôle, et lui reconnaissent le talent de bien le jouer. Certains poussent la complaisance amusée jusqu'à lui faire le salut nazi quand personne ne les voit.

Bien sûr, le romancier joue avec bonheur de la différence des époques. Hitler se retrouve parachuté dans un monde où il va de découvertes idéologiques en découvertes technologiques. Cela donne lieu à des éléments cocasses. Par exemple, la scène où il ne parvient pas à répondre à son téléphone portable. Il est aussi amusant de le voir regarder la télé. Entre les chaînes spécialisées, la télé réalité, les émissions multidiffusées, on comprend qu'il en perde son latin. Ce sont quelques exemples, le livre regorge de scènes où le décalage est sans cesse pointé du doigt, ce qui fera sourire voire rire le lecteur.

Même s'il joue sur la drôlerie que ce genre de choses engendrerait, l'auteur n'oublie pas de rappeler l'atrocité des actes d'Hitler. Dans le roman, celui-ci ne les nie pas, au contraire, il reste égal à lui-même. Les personnes qui se prennent à son jeu pensent qu'il agit ainsi afin de montrer (par un comportement marqué) que ces horreurs ne doivent pas se reproduire. C'est sur cela que reposent à la fois le comique et la gravité du roman.

La fin n'était pas forcément facile à imaginer. En fait, je me suis demandé, tout au long du roman, comment l'auteur s'en sortirait. Finalement, il a choisi quelque chose de vraisemblable et de préparé par le reste.

Éditeur: Belfond.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Il est de retour » sur Amazon