L'île des beaux lendemains

L'ouvrage:
Marcel et Jacqueline Legal sont mariés depuis cinquante ans. C'est le jour où elle fête ses soixante-treize ans que Jacqueline décide de partir. Elle veut retrouver sa cousine, Nane, qui habite l'île-d'Yeu. Marcel ne comprend pas ce brusque départ. Après réflexion, il se dit qu'il pourrait réaliser un de ses vieux rêves: traverser la Loire à la nage.

Critique:
Je dois avouer que je me suis ennuyée pendant une grande partie du roman. Je n'arrivais pas à y entrer, trouvant que les personnages (surtout Jacqueline) avaient des réactions stupides. Elle part parce que sa vie l'étouffe, qu'elle n'a pas eu le courage de la refuser. Elle cache à son mari une chose qui compte beaucoup pour elle sans raisons... Certains diront que c'est sa manière d'avoir son jardin secret... cela ne me convainc pas. D'autres diront qu'elle n'a pas partagé cela avec son mari justement parce qu'elle ne l'aimait pas. Certes, c'est l'une des conséquences de ce mariage sans amour, mais alors pourquoi l'avoir contracté. Jacqueline finit par s'en expliquer, mais là encore, je n'ai pas été convaincue. Bien sûr, il faut examiner le contexte: l'époque, la famille de Jacqueline, la peur de la jeune fille... Peut-être, mais étant donné le sacrifice qui lui a été consenti, Jacqueline aurait dû tenir tête à ses parents, et s'opposer à leur décision.
D'autre part, sa propension à tout recouvrir de non-dits m'a agacée.
Certaines révélations sont retardées à dessein, et c'est fait de manière trop grosse.

À partir du moment où Jacqueline avoue son secret à Nane, les choses s'arrangent. Notre héroïne, comme transformée, réfléchit, et fait même preuve de compréhension envers Arminda, la bonne à tout faire de Nane. Pourtant, quelques jours plus tôt, elle l'avait rudoyée. On me dira que Jacqueline, libérée, sachant enfin ce qu'elle va faire, voit soudain le monde autrement, que l'amertume accumulée pendant cinquante ans s'en est allée comme par magie, et qu'elle est maintenant capable de faire preuve d'empathie et de diriger sa vie. Certes, il n'est jamais trop tard (c'est d'ailleurs le message d'espoir que véhicule ce roman), mais la transformation de l'héroïne ne m'a pas paru crédible.

La deuxième partie du roman (après l'aveu du secret) est écrite de manière plus fluide, moins empruntée que la première partie. L'auteur semblait elle-même mal à l'aise au début du roman, trouvant des manières de remplir, faisant réagir ses personnages de manière étrange. Et puis, le défi de Marcel paraît fou... mais pas dans le bon sens du terme. D'autre part, l'idée de faire raconter l'histoire par les insectes et les vents se voulait originale: l'histoire se transmet, elle bruisse et emplit le paysage... J'ai plutôt trouvé cela lourd. On aurait dit que Caroline Vermalle voulait faire du Barbara Constantine. Seulement, ses «originalités» n'ont pas pris avec moi.
Dans ce que j'appelle la deuxième partie, les situations sont plus vraisemblables, les répliques sonnent plus vrai. La romancière parvient même à créer une situation à la fois grave et cocasse: le moment où Nane rencontre Marcel.
D'autre part, ce nouveau départ que chacun veut se donner est une note d'espoir. Malgré les chaînes réelles ou imaginaire de chacun, les personnages se battent, et ne se laissent pas abattre. Tout cela dans la bonne humeur, et sous le regard curieux, amusé, admiratif et parfois malicieux de Mathis, adorable bout de chou de six ans. À partir de ce moment, chaque personnage prend davantage de force, d'épaisseur, ils m'ont davantage parlé... sauf peut-être Jacqueline, que je n'ai pas réussi à apprécier tout à fait.

Afficher Attention: je dévoile des moments clés de l'intrigue.Masquer Attention: je dévoile des moments clés de l'intrigue.

Il y a une incohérence. Jacqueline explique à Nane qu'un jour, Paul est apparu devant sa porte, qu'ils ne se sont rien dit, mais que Paul est devenu l'ami de Marcel. Cette situation est un peu étrange. Puisque Paul et Jacqueline n'ont pas dit à Marcel qu'ils se connaissaient, pourquoi Marcel est-il devenu ami avec un inconnu qui s'est présenté à sa porte?

À la fin, pourquoi Marcel veut-il partir à New York? Veut-il vraiment y suivre Jacqueline? Pourquoi, puisqu'il sait qu'elle est allée rejoindre celui qu'elle aime? Veut-il vraiment se lancer ce défi encore plus fou que le premier? Même si c'est un genre de boutade, j'ai trouvé cela un peu idiot...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Belfond dans le cadre de l'opération Masse-critique, organisée par Babelio.

Acheter « L'île des beaux lendemains » sur Amazon