Sukkwan island

L'ouvrage:
Jim souhaite que son fils, Roy, et lui se retrouvent, partagent quelque chose qui ne serait rien qu'à eux. Jim demande donc à Roy de lui accorder un an. Ils passeront une année seuls sur une île déserte, au large de l'Alaska, apprendront à vivre sans civilisation. Peut-être parviendront-ils à se parler, à se comprendre.

Critique:
J'ai trouvé l'idée de départ originale. De ce fait, j'attendais peut-être trop de ce livre... J'avoue qu'il ne m'a pas plu. La première partie pourrait le sauver, mais les personnages, qui devaient se retrouver pour communiquer, n'y arrivent pas. Cela n'est pas très surprenant, quand on y réfléchit: pourquoi y arriveraient-ils alors qu'il n'ont jamais réussi? Jusque-là, l'histoire se tient.

Un mystère entoure Jim: il pleure la nuit, on se dit qu'un mal le ronge, qu'il souffre... Il souffre, oui: d'égoïsme, d'auto-apitoiement. Il ne sait que pleurer sur son sort, et voudrait qu'on lui pardonne le mal qu'il a fait rien qu'en claquant des doigts. Il n'évolue pas, et fait supporter sa légèreté et son mal être à Roy.
D'ailleurs, il entraîne un enfant sur une île déserte, île où ils seront coupés de tout, et là encore, il se débrouille mal, n'ayant pas prévu quelque chose comme comment conserver une grande quantité de nourriture, alors que c'est l'une des premières choses qu'il aurait dû sérieusement préparer. Ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

La deuxième partie est préparée par la première. Elle plonge le lecteur dans le trouble, le glauque. Là encore, j'ai pensé que Jim évoluerait, qu'il apprendrait de ses erreurs, que tout ça servirait au moins à quelque chose... On me dira qu'à la fin, il a compris, mais je ne pense pas. Je pense que c'est le fait qu'il a une vie désastreuse qui le fait encore une fois s'apitoyer sur son sort, et regretter tout ce dont il est la cause. Et si sa vie est désastreuse, il l'a bien cherché! Ce personnage m'a vraiment déplu. Il n'a su semer que chaos et désolation autour de lui.
Quant à la fin... elle va bien au reste, et je l'ai, en quelque sorte, appréciée.

Le personnage de Roy est attachant, et inspire la sympathie du lecteur. Il essaie sincèrement d'aider son père, de supporter son mal être. Il se comporte en adulte autant qu'il le peut. Le lecteur plaint cet enfant de treize ans qui tente de s'en sortir, et il ne peut le blâmer de vouloir se sauver. En effet, quand il veut s'en aller, et retrouver la civilisation, c'est une tentative pour se sauver, puisqu'il ne peut pas aider son père.

Accessoirement, j'ai bien aimé la description d'un retour à la nature: devoir pêcher, chasser... j'ai appris des choses: comment on conserve du gibier en fumant et salant la viande, etc. J'ai aussi frémi à la lecture de certaines mésaventures vécues par Jim et Roy lors de leur reconquête de la nature.
Et j'étais bien contente de lire ces aventures, et de ne pas les vivre! ;-)

Ce livre m'a déplu à cause de son aspect sombre, parce que l'un des personnages est franchement détestable, et parce que je n'y ai vu aucun espoir. Mais certains me diront qu'il est réaliste. Ce n'est pas faux...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Thierry Janssen. Ce livre m'a été offert par les éditions Audiolib. Il sort en audio le 7 juillet.
L'interprétation du lecteur est bonne. Il met le ton approprié, et ne surjoue pas. En outre, il parvient à modifier quelque peu sa voix selon les personnages, et même si ce n'est pas aussi bien fait que ce dont sont capables certains lecteurs, ce n'est pas trop mal.
J'ai apprécié le fait qu'il y ait peu de musique, et qu'elle plonge très bien le lecteur dans l'ambiance du roman.

Acheter « Sukkwan island » en audio sur Amazon

Acheter « Sukkwan island » sur Amazon