Auteur : Tyler Anne

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, 6 mai 2015

Les adieux pour débutants, d'Anne Tyler.

Les adieux pour débutants

L'ouvrage:
Aaron a perdu sa femme, Dorothy. Il tente de faire son deuil.

Critique:
Je n'aurais pas tenté ce roman s'il n'avait pas été enregistré par une lectrice que j'apprécie beaucoup. En effet, je m'attendais à quelque chose de désespéré. J'aurais d'ailleurs compris que cela soit ainsi. Mais il n'en est rien. Anne Tyler décrit un homme qui souffre, mais à qui la vie fait reprendre le dessus. Il a des moments de désespoir (ce qui est bien normal), mais il n'y a pas de larmoiements. Aaron fait son deuil en se remémorant sa vie avec Dorothy. Il ne tombe pas dans le travers qui consisterait à magnifier la femme qu'il a perdue.
Ensuite, se passe une chose qu'on peut interpréter de plusieurs façons. L'important est que cette chose contribue au processus de deuil et d'acceptation.

Comme toujours dans ce genre de situations, on rencontre des gens bien intentionnés, mais pas très adroits. Par exemple, Anne-Marie, qui explique à Aaron que son amie, Louise, a perdu son mari, elle aussi. Alors, pourquoi Aaron n'essaierait-il pas de la fréquenter?

Outre l'absence de lamentations, ce livre n'est pas exempt d'humour. Les scènes se déroulant dans la maison d'édition sont souvent amusantes. Le type d'ouvrages édités par cette maison d'édition (des ouvrages pour débutants dans n'importe quel domaine) prête également à sourire. D'autant que le titre en est un rappel à la fois grave et humoristique.

Je ne sais pas trop quoi penser de ce que nous apprenons au dernier chapitre. Il y a une chose que je n'avais pas devinée et qui, pourtant, était évidente. Ensuite, ne connaissant pas la situation vécue par Aaron, il m'est impossible de juger ce qu'il fait, mais je suis restée un peu dubitative. Cependant, cela n'a en rien gâché ma lecture.

Un roman qui, simplement, sans fioritures, explore les conséquences de la perte d'un être cher.

Éditeur: Stock.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Les adieux pour débutants » sur Amazon

lundi, 25 mai 2009

Une autre femme, d'Anne Tyler.

Une autre femme

L'ouvrage:
Cordelia Greenfeld vit avec son mari, Sam, et leurs enfants, Ramsey, Suzie, et Carol. Sam et Délia sont mariés depuis plus de vingt ans.
La routine s'est installée depuis longtemps. Sam et Délia me sont plus vraiment sur la même longueur d'ondes s'ils l'ont jamais été.

Un jour, au supermarché, Délia rencontre Adrian. Il lui demande de faire semblant d'être sa petite amie pour faire croire à son ex-femme, qui fait ses courses en ce moment même, qu'il a retrouvé quelqu'un. Délia joue le jeu. Cet incident fait qu'elle observe sa vie et ses rapports avec ses proches, se rend compte qu'elle est insatisfaite...

Critique:
Je vous conseille de ne pas lire la quatrième de couverture. En effet, le roman commence par un avis de recherche. La quatrième de couverture explique le pourquoi de cet avis de recherche, et nous gâche quelque peu la lecture. En effet, après l'avis de recherche, il y a un retour en arrière, et nous pouvons faire toutes les suppositions possibles si on n'a pas lu la quatrième de couverture. C'est plus intéressant.

Le lecteur ressent toute la frustration de Délia qui ne trouve qu'un moyen d'exprimer son mal être. On dirait, effectivement, que personne ne la comprenne réellement, ni même ne la prenne en considération. C'est la gentille épouse et mère qu'on rabroue volontiers, qui joue fidèlement son rôle sans se plaindre... Les non-dits sont accentués par la suite: pendant longtemps, il n'y a pas de réelles explications entre ses proches et elle. Lorsqu'elle finit par s'expliquer avec son mari, c'est un an et demi après. Ils ont tous les deux réfléchi, et chacun est prêt à admettre ses torts. Au départ, le lecteur comprend très bien pourquoi le prétendu désarroi de Sam et d'Elisa (la soeur de Délia) n'émeuvent pas Délia outre mesure, alors qu'elle s'inquiète pour le chat.

L'acte de Délia est une forme de lâcheté. Elle ne cherche pas la franche explication, elle fuit. Seulement, elle a fait plusieurs tentatives (timides, certes), et sa détresse n'a pas été entendue. Son attitude est donc un moyen de survie. C'est aussi une forme de courage.

Le personnage de Sam est un peu caricatural, pas très épais, mais il est rattrapé à la fin. Celui d'Elisa est agaçant, mais globalement, les personnages sont intéressants. En outre, ils évoluent au long du roman. L'évolution est lente, on a peur qu'ils restent englués dans leurs partis pris, leurs certitudes, leurs façons de penser. Ceux qui restent bloqués dans un raisonnement intolérant sont éliminés de la vie des autres.

La raison pour laquelle Suzie fait une espèce de caprice à propos de son mariage est agaçante. Cette histoire de coup de fil etc n'est pas si grave, et elle transforme ça en épreuve d'amour courtois. Là aussi, il faut aller plus loin dans le raisonnement: Suzie souhaite que Driscoll lui donne une preuve d'amour, elle veut être rassurée, et sa manière de s'y prendre est maladroite, et donc, agace le lecteur.

Une scène m'a beaucoup fait rire: la scène du dîner où la mère de Sam demande sans cesse de plus petites quantités de nourriture que ce qu'on lui sert. J'ai particulièrement aimé la récrimination et la réplique de Sam sur les asperges.

Éditeur: Stock.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.
Cette version n'est plus disponible à la BSR.

Acheter « Une autre femme » en poche sur Amazon