Auteur : Trollope Joanna

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 14 juillet 2016

La femme du pasteur, de Joanna Trollope.

La femme du pasteur

L'ouvrage:
Peter est pasteur dans un petit village anglais. Alors qu'il pense obtenir une promotion, il se la voit refuser. D'un autre côté, Anna (sa femme) souhaite que leur fille (Flora) puisse aller à l'école privée Saint Sauveur, car elle est brutalisée à l'école du village, et n'est pas assez forte moralement pour le supporter. Les finances de la famille ne le permettant pas, Anna décide de travailler dans le supermarché voisin.

Critique:
Avec subtilité, Joanna Trollope décrit le comportement d'une société. Anna est la femme du pasteur. Elle a une place, un rôle, des obligations. Les paroissiens n'acceptent pas qu'elle fasse autre chose en plus. Peter non plus, car il le prend pour un affront, une dénonciation de son incapacité à faire vivre sa famille. Le couple, déjà éprouvé, s'éloigne de plus en plus.

Anna est complexe. Elle a besoin de sortir du carcan que lui assigne son mariage. Elle tente de se conformer à ce qu'on attend d'elle, mais finit par avoir le courage de demander un peu d'indépendance. Elle s'en explique à plusieurs reprises. Étant donné que les choses sont plus complexes, si ses motifs sont compréhensibles, entre tout de même une part de défi, ce qui peut paraître moins sympathique. C'est pourtant terriblement humain. Il est logique de vouloir défier ceux qui, de manière injuste et arbitraire, veulent vous enfermer dans des conventions qui n'ont pas vraiment de raisons d'être. D'autant que ce que fait notre héroïne ne nuit à personne. La réaction de Luc, le fils d'Anna et Peter, est assez surprenante. L'adolescent se débat dans ses contradictions. Sa mère se permet de lui en faire remarquer certaines...
J'ai apprécié que l'auteur explore méthodiquement les réactions et les motifs de chacun. En même temps, il est assez amusant qu'une chose si minime fasse tant de bruit!

De ce changement découlent certaines choses qu'Anna n'avait pas prévues. L'une d'elles est l'aide que veulent lui apporter certaines femmes de la paroisse. Là encore, il est intéressant de voir les réactions de chacun. Faut-il voir en cette proposition une main tendue de manière désintéressée, ou bien une manière de dire à Anna que ses obligations pâtissent de son indépendance?

Flora est assez déroutante. Elle a des réactions d'enfant gâtée, capricieuse, précieuse, fragile psychologiquement... Elle m'a à la fois amusée et agacée. En effet, comment ne pas être effrayé par la dévotion dont elle fait preuve parce qu'elle est heureuse d'aller à Saint Sauveur? Et comment ne pas rire lors des manifestations de cette ferveur? Flora est jeune, elle a le temps d'apprendre de la vie, mais je ne suis pas parvenue à la trouver sympathique. Chez moi, l'agacement l'a emporté. Elle est égoïste, tyrannique, et ce qui fait rire chez elle la montre plutôt comme quelqu'un de qui on rit et non avec qui on rit.

J'ai bien aimé Laura et Kitty, les mères d'Anna et Peter. Elles sont très différentes, mais chacune se démarque par du bon sens, un peu d'excentricité...

Éditeur: Pocket.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Delphine Wust pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « La femme du pasteur » sur Amazon

jeudi, 23 juillet 2015

Les femmes de ses fils, de Joanna Trollope.

Les femmes de ses fils

L'ouvrage:
Edward, Ralph, et Luke ont beau être mariés, il n'est pas si facile pour leur mère, Rachel, de cesser de régenter leur vie. Les tensions familiales se révéleront, déclenchées par une crise que traverse Ralph.

Critique:
Pour moi, l'intérêt de ce roman réside dans le fait qu'il analyse plusieurs perspectives. Personne n'a nécessairement raison, il n'y a pas toujours une façon de faire, une façon de penser. Ce que l'auteur veut faire passer, c'est: peu importe qui a raison, peu importe que cette façon soit meilleure. Ce qu'il faut, c'est laisser faire les gens. Les laisser se tromper, mais aussi, pourquoi pas, les laisser avoir raison, même si on aurait fait différemment. On peut conseiller, mais il ne faut rien imposer.
À travers ses personnages et les événements qu'ils doivent gérer, la romancière nous montre qu'il faut apprendre à grandir.

Au long du roman, le lecteur se forgera fatalement une opinion sur les uns et les autres. La manière dont Charlotte tente de bouleverser cette espèce d'«ordre familial» m'a amusée. J'ai apprécié qu'elle secoue les choses, qu'elle souhaite que sa vie ne soit pas régie par les opinions et désirs de Rachel. Bien sûr, Charlotte n'est pas parfaite. Elle tente de s'affirmer par rapport à Rachel, et parfois, cela fait un peu combats de coqs.

Quant à Rachel, ce n'est pas la belle-mère autoritaire et acariâtre qui ne supporte pas que d'autres femmes qu'elle rendent ses fils heureux. Elle est envahissante, veut imposer sa façon de faire et de voir les choses, mais son but n'est pas de dominer les siens, ni d'éveiller haines et rancunes.

Petra est un peu difficile à cerner. Je ne sais pas si elle est si réussie... J'ai bien compris quelle était la véritable raison de sa révolte maladroite, mais à l'instar d'autres, j'ai trouvé qu'elle compliquait beaucoup les choses. Bien sûr, elle a du mal à communiquer, mais elle m'a semblé un peu capricieuse... Je sais qu'il ne faut pas la résumer à cela. Elle aussi se révoltait contre le fait qu'on trace sa voie à sa place...

Quant aux autres personnages, je ne les évoquerai pas tous, mais je les ai tous appréciés.

La fin est peut-être un peu trop optimiste. Cependant, Joanna Trollope a su la préparer, même si là encore, le brusque «réveil» de Petra paraît un peu étrange. La fin est optimiste, mais c'est le résultat d'événements qui ont forcé les uns et les autres à réfléchir, à se remettre en question, à écouter les besoins des autres. En outre, une fin optimiste, lorsqu'elle est préparée, peut être sympathique, surtout si le livre est lu à un moment où la vie n'est pas rose.

Il y a juste un point que j'ai trouvé un peu léger. De quoi Petra et Ralph vivront-ils? C'est quelque peu effleuré, mais trop peu à mon goût.

Éditeur: éditions des Deux Terres.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Michèle Gautier pour le GIAA

Acheter « Les femmes de ses fils » sur Amazon