Codex lethalis

L'ouvrage:
Un père de famille massacre sa femme et sa fille avant de mourir. La police est perplexe. Lorsqu'un informaticien devient fou et tente de tuer ceux qui l'entourent après avoir travaillé sur l'ordinateur du défunt, cela oriente les recherches. Aidée d'un détective engagé par le père de la jeune femme assassinée, la police ira de découverte en surprise.

Critique:
Mon sentiment est mitigé quant à ce roman. J'ai d'abord beaucoup apprécié ce mystère entourant l'ordinateur. J'ai aussi aimé que le détective et la police finissent par travailler ensemble, après un peu de méfiance. De plus, les deux policiers principaux et le détective sont creusés, et ils sortent un peu des clichés qu'on rencontre trop souvent dans ces cas-là.
Ensuite, j'ai aimé me faire berner. En effet, j'ai cru une chose qui s'est révélée fausse. L'auteur n'a rien fait pour que le lecteur pense ce que j'ai cru... Je ne sais pas trop pourquoi j'ai imaginé cela. Toujours est-il que cela a créé une surprise.

Ensuite, mon enthousiasme est retombé. D'abord, je n'ai pas trop aimé la direction prise par l'enquête. Pourtant, j'aurais dû me douter très vite qu'il y aurait quelque chose de ce genre. Ensuite, il m'a semblé qu'il y avait beaucoup de lenteurs. De plus, il y a trop de spectaculaire, de macabre pour moi.
Paradoxalement, j'ai trouvé la fin trop brutale. L'auteur traîne pendant une partie du roman, et à la fin, souhaitant que le suspense soit à son comble, il accélère les choses, et les fait se terminer de manière brusque. J'aurais aimé qu'on en sache un peu plus sur l'après.

Éditeur: MA Éditions.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marie-Clély Ladini pour la Bibliothèque Braille Romande.
J'ai été ravie de retrouver cette lectrice à la voix dynamique et au ton toujours approprié. De plus, elle ne tente pas de mettre des accents sur les noms anglophones.
J'avoue que je préfère cette lectrice lorsqu'elle enregistre des romans amusants. Elle peut y laisser libre cours à son talent sur un registre plus étendu et plus ardu. En effet, il est beaucoup plus simple, à mon sens, d'interpréter un roman policier qu'un roman amusant.

Acheter « Codex lethalis » sur Amazon