Les mains de feu

Note: Je n'ai pas trouvé l'orthographe des noms propres. N'hésitez pas à me signaler mes erreurs sur ces noms.)

L'ouvrage:
Le narrateur dont nous ignorons le nom est écrivain. Il est également devenu expert en art, et sait différencier un vrai d'un faux tableau.
Un jour, il se retrouve invité à un cocktail dans les bureaux de la police. Là, il fait la connaissance du commissaire Raymond Blansel. Après une autre rencontre, celui-ci finit par lui avouer qu'il est rongé par une vieille enquête. Il se sent coupable de la mort du saxophoniste Stanislas Borrots. En effet, il l'avait traqué dans une affaire de meurtre, et à présent, il craint que son acharnement ait précipité la fin du malheureux. Il demande donc au narrateur d'enquêter sur cette mort, sur ce personnage, en utilisant ses talents de journaliste.

Critique:
C'est un polar sympathique. On le lit pour se détendre. Il n'est pas très long et est donc vite lu. On se laisse emporter dans l'enquête du narrateur, on finit par penser bien connaître Stanislas Borrots.

Ce livre semble être un polar sans trop de surprises. Les "découvertes" du narrateur nous semblent intéressantes, mais l'histoire qu'il nous dévoile est assez banale. On se prend à soupirer d'agacement devant le personnage superficiel de Georgette. On imagine l'histoire d'amour complexe de Stanislas et d'Héléna...
On se laisse donc prendre au jeu de l'auteur qui finit par sortir une autre carte de sa manche: le nom du véritable meurtrier du saxophoniste. L'auteur parsème son livre d'indices qui, bien sûr, nous paraissent être d'énormes indications une fois qu'on connaît la fin. Bien sûr que telle chose explique telle autre, que telle façon de faire de la part de l'auteur n'est pas anodine... Mais ces indices sont insérés de manière fine et intelligente, ce qui fait que l'idée ne vient pas à l'esprit.
On pourra me rétorquer que cette dernière carte est une ficelle éculée. Peut-être. Mais ici, elle est employée à bon escient, et je n'ai pas deviné où l'auteur voulait en venir avant qu'il ne le dévoile.

Ne vous attendez pas au thriller avec sueurs froides, mais à un polar sympathique et divertissant.

Éditeur: Librairie des Champs-Élysées.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Arlette Bratschi pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « Les mains de feu » sur Amazon