Battle royale

L'ouvrage:
Japon.
Une classe d'étudiants (troisième année d'université) est emmenée sur une île où les jeunes gens seront les protagonistes d'une «battle royale». C'est un «jeu» particulier à la fin duquel un seul d'entre eux sera en vie. Tout est pensé pour qu'il n'y ait aucune échappatoire.

Critique:
Ce livre a inspiré Suzanne Collins pour «Hunger games». Lorsque je l'ai commencé, je l'ai trouvé bien plus fouillé que «Hunger games». L'auteur prend le temps de présenter les différentes réactions des personnages, et c'est très intéressant. Certains deviennent presque fous d'effroi. D'autres veulent croire qu'il y aurait une échappatoire (par exemple en s'unissant). D'autres ne pensent qu'à eux, mais n'ont pas forcément peur: ils sont plutôt froids et déterminés. Au départ, toutes ces réactions sont fouillées, analysées, réalistes.
De plus, le lecteur ne pourra s'empêcher de se mettre à la place de ces étudiants et de se demander ce qu'il ferait...

Cependant, pour moi, le roman s'enlise et traîne. D'abord, on voit tous les meurtres. Au bout d'un moment, cela devient répétitif. D'autre part, s'il est pertinent d'analyser les réactions des personnages, décrire celles de chacun devient également source de lenteur. Il n'y a pas 36 réactions possibles. Une fois que plusieurs ont été décrites, il ne sert à rien de décrire la même chose concernant d'autres.

En outre, certaines choses tournent au soap opera: Machin croyait que Truc était méchant, donc elle tente de l'attirer pour le tuer, mais elle se rend compte qu'il n'est pas méchant... Même si ce genre de choses est plausible, surtout dans une situation extrême, j'ai trouvé que c'était lourd.
Par ailleurs, il y a eu un moment où j'attendais qu'il se passe autre chose... et j'ai été frustrée.

La fin est intéressante. Elle sauve un peu les moments où le livre traîne. Il y a quand même une incohérence: il n'est pas très crédible qu'un personnage survive à une blessure qui, apparemment, est grave, puis soudain, s'effondre à cause de cette même blessure. Cela peut s'expliquer par le fait que le personnage était poussé par sa rage, mais je ne suis pas convaincue.

Un roman intéressant, mais inégal.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Mark Dacascos les éditions Simon and Schuster Audio

Acheter « Battle royale » sur Amazon