Un livre, un arbre et des emmerdes

L'ouvrage:
Axel Leyrat vient d'écrire «Un arbre». Son entourage apprécie le roman, mais Axel n'essuie que des refus de la part des éditeurs. C'est alors qu'il tombe sur l'interview d'une éditrice, et qu'une idée germe dans son esprit.

Critique:
Ce livre fait partie des romans légers qui me plaisent. Il est divertissant, et surtout, il reste vraisemblable. C'est dans ce genre de cas que «léger» n'est pas synonyme de «niais».

L'histoire sonne juste. Un écrivain un peu naïf qui déchante à force de recevoir des refus des maisons d'édition et décide de saisir l'occasion de s'y prendre autrement: pourquoi pas? En effet, même si je ne suis pas confrontée au problème, je me doute qu'il n'est pas simple de se faire publier.

Quelqu'un de tatillon dirait qu'Axel est un peu benêt dans une situation donnée, mais l'auteur fait passer cette petite faiblesse de scénario avec un quiproquo intéressant.
Une fois cette partie du récit écrite, il fallait bien que les choses avancent. Au lieu de s'enliser, Julien Simonet rebondit d'une manière assez simple (mais pas simpliste) à laquelle je n'ai même pas pensé. Je suivais l'intrigue et ne m'ennuyais pas, donc je n'ai pas tenté de la décortiquer.
On voit rapidement la fin venir, mais on ne sait pas trop comment il se fera qu'elle sera comme on le pressent. Du reste, elle n'est peut-être pas tout à fait comme on pourrait le croire... En tout cas, elle m'a plu, car l'auteur parvient à respecter un certain code tout en restant crédible. C'est au lecteur d'imaginer comment agira l'un des personnages, à terme.

Les personnages aussi sonnent juste. Leurs préoccupations sont celles de notre société: les amours, le travail, les enfants, les blessures qui ne se referment pas, tenter d'être heureux. Juliette est un peu agaçante, avec son désir forcené d'avoir un enfant, mais l'auteur n'en fait pas quelque chose de tragique, donc ça passe bien.
J'ai apprécié Christophe et Marilyn qui entourent Axel d'une amitié sincère.
La mère de Juliette est peut-être un peu pénible, mais elle n'est pas aussi superficielle que ce que ses «mon bouchon» toutes les trente secondes ainsi que son amour irraisonné pour Jocelyn le laissent croire.

Le romancier saupoudre le tout de quelques notes humoristiques. Par exemple, la manie de Sylvain, puis ce qu'il devient, m'ont fait rire.
Clémentine Bougainvilliers, si elle est exaspérante, est également drôle, surtout lors de son premier rendez-vous avec Axel. Elle fait de grandes phrases, parle de choses absconses pour Axel et le lecteur, voire pour elle-même. Nous connaissons tous quelqu'un comme ça.
La petite comédie dont Juliette gratifie son patron avant de s'en aller est également assez amusante.

Je verrais bien ce roman adapté à l'écran sous la forme d'une comédie.
À lire pour passer un agréable moment de détente avec des personnages auxquels on s'attachera.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été envoyé par les éditions Scrineo dans le cadre de l'opération Masse-critique, organisée par Babelio.

Acheter « Un livre, un arbre et des emmerdes » sur Amazon