L'exécution de Noa P. Singleton

L'ouvrage:
Pennsylvanie.
À vingt-trois ans, Noa Singleton a tué Sarah Dixon d'une balle. Voilà dix ans qu'elle est en prison, attendant son exécution qui doit avoir lieu dans six mois. C'est alors que Marlène Dixon, la mère de Sarah, vient la voir avec un avocat. Elle veut faire une pétition pour que Noa reste en prison à perpétuité et ne soit pas exécutée.

Critique:
Dès le départ, Noa admet son crime. Le lecteur ne va donc pas la plaindre. On pourra même ne pas l'apprécier. Au long du livre, l'héroïne se dévoile. Elle relate les visites de Marlène et de son avocat, et y insère, petit à petit, celui de son passé. Au départ, elle raconte un incident qui, on le sent, a marqué sa vie. Personnellement, j'en ai déduit que sa mère n'était pas très nette... De ce fait, j'ai pensé que Noa avait eu une vie perturbée à cause de cette mère. C'est le cas, mais cela ne l'a apparemment pas empêchée de vouloir, par la suite, une vie calme, bien rangée. Si on commence par ne pas l'apprécier, la suite du roman révèle une jeune femme bien plus complexe. Elle est lucide quant à elle-même, quant au meurtre, quant aux personnes qui l'entouraient à l'époque.

À un moment, il m'a semblé que l'auteur prenait un pari risqué. Elle montre une Noa qui ne se défend pas vraiment, qui sait exactement qui ne l'a pas aidée et pourquoi, et qui ne fait rien... La réponse finit par être donnée, et elle est à la hauteur du reste. Une «anecdote» en particulier explique l'attitude de Noa, et c'est ce qui fait que le lecteur ne peut pas totalement apprécier ni détester ce personnage. Noa a vécu avec cet événement, l'enfouissant en elle, mais se le rappelant à chaque instant par une espèce de manie acquise à l'adolescence. Sa propre ambiguïté quant à cet événement la poursuivra jusqu'au bout, et décidera de ses actes.

Marlène est, normalement, une victime. Elle a perdu sa fille de manière atroce. C'est celle vers qui la compassion du lecteur devrait naturellement aller. Pourtant, le lecteur se rend très vite compte qu'elle est détestable. C'est, pour moi, un autre intérêt du roman. La mère n'est pas uniquement la pauvre femme dont on a tué la fille. Je ne peux pas trop en dire, car ce serait trop en dévoiler, mais ce personnage est intéressant à analyser.

Le père de Noa, lui aussi, est complexe. Je n'arrive pas à savoir s'il est à plaindre ou pas. Je pense quand même qu'il aurait pu agir autrement.

Un livre réaliste qui fera réfléchir et laissera une impression amère.

Éditeur: Gallimard.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Rebecca Lowman (dans le rôle de Noa) et Amanda Carlin (dans celui de Marlène) pour les éditions Random house audio.

Acheter « L'exécution de Noa P. Singleton » sur Amazon