La mort à Lubeck

L'ouvrage:
Lubeck.
Hans a été tué d'une balle. Son neveu, Max, va enquêter.

Critique:
Ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable. D'abord, il est lent. Lent à démarrer, puis il y a des longueurs pendant l'enquête. De plus, les surprises n'en sont pas vraiment. J'entends par là que même si je n'avais pas deviné de quoi il retournait, les découvertes ne m'ont pas étonnée parce qu'elles sont un peu clichées. Par exemple, ce que Louise avoue à Max est presque un topos du genre, et devient une ficelle éculée.
D'autre part, Anne Secret retarde la révélation de la raison du meurtre en jouant au chat et à la souris: tel indice envoie vers telle personne qui envoie vers une autre personne qui envoie vers une autre...
La solution de l'énigme ne m'a pas étonnée non plus. Je l'ai trouvée plate.

J'ai trouvé la psychologie de certains personnages intéressantes: Louise, Max... Celle de Max est davantage révélée grâce aux retours en arrière (baptisés intermèdes).

Ma chronique est très courte, mais je pense qu'elle en dit assez pour que vous compreniez que pour moi, ce livre ne vaut pas le détour.

Éditeur: Actes Sud.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « La mort à Lubeck » sur Amazon