Le jour où le temps s'est arrêté

L'ouvrage:
Le narrateur est un enfant de huit ans. Il nous parle de sa famille qu'il aime tendrement. Son père est prédicateur, sa mère est femme au foyer. Son père se laisse parfois aller à la tentation de l'esprit farceur, et raconte de manière loufoque à son fils sa venue au monde. Père et fils sont très complices. Notre héros songe à devenir prédicateur. Il commence déjà à écrire des sermons.

Critique:
Voilà un livre bouleversant. Au départ, on le trouve assez léger: un petit garçon évoque son enfance insouciante au sein d'une famille aimante. Et puis, par petites touches, l'auteur nous montre les fissures de cette famille. Le métier du père est mal vécu par la mère, elle ne veut surtout pas que son fils s'y frotte. Elle emploiera pour cela des moyens pas forcément recommandables. Et c'est là que la famille entre dans la spirale du manque de communication. Au lieu d'exprimer ses craintes et leurs raisons, au lieu de tenter de comprendre son fils, elle use de méthodes assez barbares, prend des mesures radicales, dont l'une d'elle finit par user les nerfs du narrateur. Le livre décrit une lente descente aux enfers psychologique. Il est effrayant de penser que la mère du narrateur a agi ainsi en pensant bien faire, en étant sûre qu'elle agissait dans l'intérêt de son enfant. Il est déroutant de voir comment une mère sincèrement préoccupée de son enfant peut se fourvoyer à ce point, à cause d'un manque de communication, de la peur, et d'un refus de remise en question.

Ce que le lecteur apprend à la fin ne le surprend qu'à moitié. L'atmosphère oppressante que ressent le lecteur depuis le fameux jour où le temps s'est arrêté lui dit que quelque chose ne va pas. Cet étouffement est distillé de manière à peine perceptible, presque occultée par toutes les nouvelles choses qui arrivent dans la vie du narrateur. Et pourtant... le lecteur se demande pourquoi le garçon ne fait rien, le fameux jour, pourquoi il ne fait pas ce qu'on attendrait de lui... On devine confusément ce qui s'est passé, même si on a du mal à l'admettre.

Je me rends compte que je ne peux pas en dire beaucoup plus de peur de trop en dévoiler. Il y aurait pourtant tant de choses à dire sur ce petit garçon et ses parents, sur les conséquences du fameux jour qui détruisit la famille, pas seulement à cause de ce qui est arrivé, mais surtout à cause de la manière dont c'est arrivé.
C'est un livre où les personnages n'assument pas vraiment les conséquences de leurs actes. La mère fait quelque chose de destructeur, et ne cherche pas à comprendre quels dégâts cela peut causer. Le père cache ses défaillances sous le rire, il perçoit le mal être de son fils et en connaît la cause, mais il ne fait rien. Ensuite, après le fameux jour, le père est broyé par sa culpabilité, et par le fait qu'il ne peut faire face aux raisons des événements. Jusqu'au bout, il n'aura pas pu assumer son rôle de père, ne sachant que faire rire son fils, puis ne pouvant se relever de la catastrophe.

L'écriture joue un rôle important dans ce roman. Le père écrit ses sermons. Il ne pourra plus écrire après la catastrophe, sauf une fois, et ces quelques lettres lui seront douloureuses.
L'enfant écrit, mais est brimé par sa mère. Après la catastrophe, ce qu'il pressentait arrive: il se met à écrire des pages et des pages. L'écriture est libératrice pour lui, et à cause des événements, c'est comme si le père et le fils ne pouvaient écrire tous les deux en même temps. Il faut que l'un s'efface pour que l'autre puisse donner libre cours à sa créativité. Sans parler de la mère qui était la plus sûre entrave à l'épanouissement de l'enfant par l'écriture.
Il y a une certaine ironie dans l'histoire des rubans encreurs...

Un livre qui ne peut laisser le lecteur indifférent, qu'on n'oubliera pas sitôt la lecture terminée, qui laissera un souvenir lancinant et dérangeant. Un livre à côté duquel il ne faut pas passer, car il prône la communication, et expose les effets désastreux du non-dit.

Éditeur: Actes Sud.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Le jour où le temps s'est arrêté » sur Amazon