Auteur : Safier David

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 1 octobre 2015

Sors de ce corps, William!, de David Safier.

Sors de ce corps, William!

L'ouvrage:
Rosa ne peut se résoudre à oublier Ian. Celui-ci est maintenant en couple avec Olivia, ils vont se marier.
Un jour, Rosa rencontre un hypnotiseur qui lui propose de la renvoyer dans une vie antérieure. Elle ne sortira du sommeil hypnotique que lorsqu'elle aura découvert ce qu'est le véritable amour.

Critique:
On passe un bon moment avec ce roman amusant. Il ne faut pas s'attendre à des fous rires, mais l'histoire est sympathique, la situation est loufoque, et le livre est une petite note optimiste.

Rosa est renvoyée à une autre époque, ce qui permet à David Safier de jouer sur la différence entre les deux époques. C'est peut-être un peu usité, mais cela fait toujours sourire. Par exemple, Rosa conseillerait bien à certaines personnes du passé de faire une thérapie. Outre l'ambiance et les moeurs différentes, l'héroïne se rend compte, en observant ses lointains congénères, qu'il faudrait peut-être que chacun prenne le temps de vivre, de remercier ceux qui comptent, etc.
L'esprit de Rosa se retrouve dans le corps d'un homme. Là encore, c'est une ficelle facile qui permet à l'auteur de créer des situations cocasses. Par exemple, lorsqu'une jeune fille se jette à la tête de l'homme en question...

Les deux esprits cohabitant, il y a de fréquents échanges entre eux. C'est un peu comme quand on parle avec sa voix intérieure. En outre, comme chacun est la même âme à des siècles d'intervalle, chacun narre à la première personne du singulier. C'est parfois déroutant, car d'une phrase à l'autre, on change de narrateur.

David Safier n'oublie pas les répliques drôles. On en trouve surtout dans les échanges entre Rosa et son moi antérieur, entre eux et celui qui, dans le passé, veut la perte de cette âme, mais aussi entre Rosa et la reine... même si c'est parfois un peu lourd. Lorsque le livre est humoristique, il n'est pas rare de trouver des lourdeurs.

D'une manière générale, le romancier pousse son lecteur à être positif. C'est une bonne chose. Cependant, parfois, il semble dire que certaines choses sont très faciles, alors que c'est loin d'être le cas. Par exemple, Rosa fais un travail qu'elle n'aime pas. Son expérience la pousse à démissionner et à faire ce qu'elle souhaite vraiment. Or, pour beaucoup de gens, cela n'est pas aussi simple. C'est même extrêmement ardu. Il ne suffit pas de le vouloir et d'être prêt à s'en donner les moyens.

Éditeur: Presses de la cité.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Mélanie Refine pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « Sors de ce corps, William! » sur Amazon

lundi, 11 avril 2011

Maudit karma, de David Safier.

Maudit karma

L'ouvrage:
Kim Lang est animatrice de talk-show. Elle est mariée à Alex, et a une petite fille: Lilly. Malheureusement, elle s'est laissée contaminer par le monde de la télé: elle néglige son mari et sa fille, elle se montre égoïste et méchante.
Le lendemain du jour où elle obtient un prix pour son talk-show, elle décède brutalement. La voilà réincarnée en fourmi. Boudha lui explique qu'elle n'a amassé que du mauvais karma pendant sa vie humaine. Tant qu'elle ne sera pas meilleure, elle se réincarnera en fourmi, insectes, etc. Outre l'amélioration de son karma, Kim va tenter de retrouver, et pourquoi pas, de reconquérir, sa famille.

Critique:
Deux choses ont fait que j'ai hésité à lire ce roman. D'abord, on en a beaucoup entendu parler. En général, ceux dont on parle beaucoup se révèlent mauvais. Ensuite, j'ai été très déçue par «Jésus m'aime», du même David Safier.

J'ai eu raison de me lancer, car «Maudit karma» a été une agréable surprise pour moi. Certes, il ne me laissera pas un souvenir impérissable, mais il est divertissant. Bien sûr, il n'est pas drôle au point que le lecteur rira aux larmes, mais il fait plusieurs fois sourire, et même rire un peu.
Contrairement à «Jésus m'aime», le parcours n'est pas balisé. On peut se douter de ce qui va se passer, mais on n'en est pas sûr, et on ne sait pas quelle tournure prendront les événements avant d'en arriver au final. Les rebondissements sont assez bien placés et bien imaginés. Il n'y a pas de temps morts.
C'est un livre dont la légèreté a l'effet escompté, et non la lourdeur de trop de livres se voulant drôles. Bien sûr, le fait que chacun accepte la théorie que Daniel soumet, à Venise, est un peu gros, surtout que Kim n'explique rien. Mais on peut penser qu'elle explique tout par la suite.

Certaines situations sont comiques: la fourmi dans le gâteau, la destruction de la robe, etc. Certaines répliques sont amusantes, la plupart du temps, celles de Casanova. Le fait d'avoir inséré ce personnage et ses mémoires dans le livre est une riche idée, car le lecteur le retrouve avec plaisir. Cette insertion a été faite intelligemment, tout le contraire de certaines situations de «Jésus m'aime», comme par exemple, Dieu ayant l'apparence d'Emma Thompson.

Les personnages ne sont pas très creusés, mais ils paraissent assez vraisemblables pour être acceptables.
Il est un peu dommage que Nina soit si manichéenne. Kim a beau dire qu'elle est meilleure qu'elle, le lecteur ne voit que les manoeuvres et l'égoïsme de Nina. En effet, comment la croire sincère quand lilly affirme qu'elle ne l'aime pas? Il aurait été plus judicieux (car plus troublant), que Nina fût montrée comme quelqu'un de bien.

Quant à Kim, il va de soi qu'elle évolue. C'est elle qui fait que le livre est empreint de gravité. Il semble un peu facile et superficiel, mais le lecteur comprend les motivations de Kim, ses doutes, ses interrogations.

J'imagine très bien un film tiré de ce livre. Je pense qu'il serait réussi.

Note:Je ne chroniquerai pas «Jésus m'aime», d'abord parce que je pense que vous aurez compris ce que j'en ai pensé, mais aussi parce qu'il m'a tellement ennuyée que je l'ai lu en diagonale, et que j'ai pour principe de ne pas chroniquer les livres que je ne lis pas en entier.

Éditeur: Presses de la cité.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Monique Dechamps pour la Ligue Braille.

Acheter « Maudit karma » sur Amazon