L'enfant du parc

L'ouvrage:
Ce jour-là, Renan Jackowiak, souhaitant punir sa femme qui demande le divorce, enlève leur fils (Thomas, six ans) et l'abandonne dans un parc. C'est Juliette qui trouve l'enfant.

Critique:
À l'heure où beaucoup écrivent de très longs romans qui, parfois, souffrent de longueurs, Philippe Routier signe un texte court et dense. En peu de pages, il plante un décor, campe des personnages creusés, construit une intrigue solide.

Au début, j'ai été un peu dérangée par le comportement de certains, mais tout s'explique, tout s'imbrique. À l'inverse d'autres auteurs, Philippe Routier a pris soin de rendre son roman vraisemblable. Pourtant, il aurait pu très facilement tomber dans le niais, le trop gros, notamment au moment où Luc-Émile prend certaines choses en main.

Ce roman se lit comme une énigme mi-policière mi-psychologique. D'abord, un événement en déclenche un autre. Puis, au moment où on pense que la situation va perdurer jusqu'à la fin, et qu'il y aura un changement dans les cinq dernières pages, l'auteur enchaîne les événements. À tel point qu'à un moment, je me suis demandé comment il allait remplir les pages restantes. J'ai été ravie de voir qu'il n'était pas question de remplissage, mais d'une histoire totalement maîtrisée.

Le romancier n'a pas besoin de trop en faire pour expliquer le ressenti de tel ou tel personnage. Ils sont tous assez faciles à cerner. Cela ne veut pas dire qu'ils sont caricaturaux, mais qu'ils sont humains. Philippe Routier s'arrange même pour donner une vision parcellaire de certains d'entre eux (notamment Juliette et Thierry), afin que l'opinion du lecteur se modifie un peu à mesure de la lecture. Il sera aisé de s'identifier aux personnages, même si on n'approuvera pas les actes de chacun.

Plusieurs thèmes sont abordés avec justesse: la façon dont chacun gère son deuil, la maladie, la vieillesse, l'égoïsme de chacun, mais aussi l'empathie que l'homme peut ressentir, sans oublier les liens particuliers qui peuvent se tisser entre certains qui auront davantage d'affinités avec les uns qu'avec les autres. Les relations entre parents et enfants sont explorées de plusieurs manières.

Souvent, dans les romans, il y a les personnages qu'on apprécie, et ceux qu'on n'aime pas. Ici, même si certains sont plutôt positifs et d'autres plutôt négatifs, on ne peut pas franchement en détester (sauf peut-être Renan).
Juliette est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Je ne sais toujours pas si je l'apprécie ou pas. Elle fait des choses répréhensibles par égoïsme, mais on a l'impression qu'elle pense vraiment agir pour le bien de Thomas.
Les autres personnages sont intéressants. Chacun a de la présence. Cependant, je ne les évoquerai pas, car je pense qu'il faut en dire le moins possible afin de ne pas gâcher la lecture.

Un roman bien pensé, bien écrit. À lire!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été envoyé par les éditions Stock.

Acheter « L'enfant du parc » sur Amazon