Maintenant, c'est ma vie

L'ouvrage:
La mère de Daisy est morte à la naissance de la jeune fille.
Cet été-là, elle a quinze ans, et ne supporte pas vraiment sa belle-mère. Son père décide de l'envoyer chez sa tante, en Angleterre. Daisy quitte New York pour rencontrer la soeur de sa mère et ses enfants. C'est alors que la guerre éclate.

Critique:
Ce roman a fait beaucoup de bruit. On en a entendu beaucoup d'éloges, et il a été primé. Certes, c'est un bon roman, mais je ne sais pas s'il mérite un tel accueil.

J'ai trouvé très fin et judicieux de la part de l'auteur de faire éclater une guerre absolument inutile dans un monde où certains perdent l'essentiel de vue. Daisy, par exemple, n'est pas une méchante enfant, et est plus responsable que certains adolescents de son âge, mais ce qu'elle vit de manière totalement brutale et inattendue lui fait comme un électrochoc. Du coup, elle réalise certaines choses, va davantage à l'essentiel.

De plus, tout ce qui est raconté ayant trait à la guerre est terriblement réaliste. C'est un épisode que l'auteur a totalement inventé, mais elle a su s'appuyer sur des événements passés, et a su imaginer un monde et des événements tout à fait vraisemblables. Au coeur du cauchemar, le lecteur trouve quelque répit lorsque Daisy et sa cousine trouvent la force de rire un peu, lorsqu'elles parviennent à ne pas se décourager en s'appuyant l'une sur l'autre...
La guerre est également vue à travers les yeux d'autres personnages, dont la famille qui recueille les deux jeunes filles. Là aussi, il est intéressant de découvrir d'autres ressentis de personnes qui n'ont pas forcément la même force de caractère, et les mêmes appuis. En effet, il est logique de se demander si Daisy aurait supporté cela si elle avait été seule.

Cependant, des choses mont dérangée, ce qui me fait dire qu'il faut mettre un bémol au concert de louanges dont a bénéficié ce roman.
D'abord, j'avoue que le personnage d'Edmond m'a agacée. On dirait qu'il fume pour se donner un genre. Il devine tout, voit en les gens... j'ai trouvé ça peu crédible. Bien sûr, Meg Rosoff l'a créé ainsi à dessein, afin qu'il paraisse plus mystérieux, plus beau (moralement), plus intéressant, plus charismatique. Cela a plutôt eu l'effet inverse sur moi.
Enfin, l'immense altruisme d'Edmond qui fait qu'on se sent coupable de penser à soi m'a également agacée. On dirait l'homme parfait des romans de Juliette Benzoni ou de Danielle Steel. Quelle horreur!
Enfin, l'histoire d'amour me laisse perplexe... en si peu de temps, un amour si total, si profond... je n'y ai pas vraiment cru.
Ce que certains considèreront comme de petits détails a quand même quelque peu gâché ma lecture.

Remarque annexe:
La scène qui m'a le plus bouleversée est celle où Daisy et Pipper retrouvent Ding...

Éditeur: Albin Michel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Béatrice Zachary pour l'INCA

Acheter « Maintenant, c'est ma vie » sur Amazon