Auteur : Rochat Anne-Frédérique

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 19 mai 2016

Le chant du canari, d'Anne-Frédérique Rochat.

Le chant du canari

L'ouvrage:
Anne-Frédérique Rochat nous fait partager le quotidien d'un couple: Anatole et Violaine.

Critique:
J'ai un peu hésité avant de lire ce roman, car j'avais été un peu déçue par «Accident de personne», du même auteur. Sans le trouver mauvais, je l'avais jugé tiède. Pour moi, «Le chant du canari» est bien plus abouti. En très peu de pages, dans un style vif, précis, parfois doux et coloré, la romancière nous entraîne dans la vie de ce couple à travers les yeux de Violaine. On pourra commencer par la trouver un peu snob: elle n'aime pas le vieux pyjama d'Anatole, elle n'aime pas qu'il néglige son apparence, etc. Puis l'auteur ouvre d'autres brèches. À tel point qu'on se demande pourquoi Violaine ne quitte pas Anatole. La jeune femme répond rapidement à cette question. Cela permet à l'auteur d'exposer et d'analyser un phénomène qui se produit souvent dans notre société: ceux qui restent ensemble pour de mauvaises raisons, principalement parce que ces personnes ne veulent pas être seules. Cela engendre des tensions et des frustrations que l'auteur décrit très bien, décortiquant plusieurs situations de la vie de ce couple. Par exemple, Violaine déteste une tasse offerte par Anatole. Au lieu de le lui dire, elle jure qu'elle l'adore, puis la brise.

Quant aux rapports de nos héros avec leurs parents, ils ne sont pas vraiment francs. Violaine et sa mère voient même leurs rencontres comme leur devoir... Il est assez étrange de constater que Violaine, qui n'aime pas son concubin, et qui n'est pas toujours bien avec sa mère, pense qu'avoir un enfant serait le comble de la félicité.

Outre ce phénomène très bien analysé, l'auteur s'attaque à quelque chose de plus épineux. Elle prend un pari risqué. En effet, à la fin du roman, on se rend compte que deux interprétations sont possibles. C'est alors qu'on repense à l'ensemble du récit, aux faits, à la manière dont ils ont été vécus par les protagonistes... et on ne peut trancher. Violaine semble faire pencher la balance de son côté en clamant qu'il reste un fait inexpliqué. Cependant, le lecteur un peu malin l'expliquera. Autre chose s'explique un peu plus difficilement, mais on peut également apporter une réponse qui satisferait les deux théories... Je pense que l'auteur a accompli là un véritable tour de force. En effet, je ne suis pas parvenue à la prendre en défaut. Il faudrait maintenant que je relise le roman en y cherchant justement telle ou telle preuve, mais je pense sincèrement que tout a été très justement travaillé, que rien n'a été laissé au hasard.

Mention spéciale au vieil homme propriétaire d'un poisson rouge en plastique que rencontre Violaine le jour de son anniversaire. La façon dont celle-ci le rencontre, puis ce qui arrive ensuite le rapproche un peu d'un grand-père de contes. D'un autre côté, les considérations de notre héroïne avant qu'elle ne s'en aille de chez lui le rendent plus trouble. Tout comme l'ensemble du roman, ce personnage semble avoir deux facettes. Bien sûr, la seconde ne repose que sur une théorie de Violaine qui ne s'appuie sur rien de concret.

Éditeur: Wilquin.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Le chant du canari » sur Amazon

mardi, 2 avril 2013

Accident de personne, d'Anne-Frédérique Rochat.

Accident de personne

L'ouvrage:
Parce qu'elle a répondu à une petite annonce, Charline va garder le chat d'une personne en son absence. Elle retourne donc dans la ville de son enfance.
Le train qu'elle prend a du retard à cause d'un «accident de personne»: quelqu'un s'est jeté sous les roues. Charline connaît la suicidée: il s'agit de Viviane Dubois avec qui elle alla à l'école. Ayant toujours été désireuse de faire partie d'une famille unie et aimante, comme semblait l'être celle de Viviane, Charline décide d'aller présenter ses condoléances à Jean et Élise Dubois.

Critique:
Ce que véhicule l'histoire est intéressant, mais aucun personnage ne m'a touchée, sauf peut-être Frieda. De ce fait, j'ai eu du mal à apprécier le roman dans sa globalité.

J'ai compris Charline. Elle est perdue, se débat avec des chimères et un passé douloureux. Elle fait d'ailleurs une bonne analyse d'elle-même. Elle comprend très bien pourquoi elle agit de telle manière. Elle cherche sa place, voudrait être aimée pour elle-même, mais accepte quand même de se conformer à certaines attentes. Au final, elle devra choisir entre ces deux options. Elle est très franche, et malgré sa timidité, elle ose dire ce qui lui importe. Elle ne peut réellement compter que sur elle-même.

La famille Dubois ne m'a pas plu. Ils sont gentils, mais ne se remettent pas forcément en question. Quant à Viviane, elle est trop ambivalente pour que je l'apprécie. Et puis, j'en ai assez des personnages à problèmes qui attirent les gens sains dans leurs filets. D'autre part, on ne sais pas trop quel était le problème de Viviane. On découvre bien quelque chose de traumatisant, mais il est un peu étrange que ce soit la seule raison de son geste. Je la vois comme une enfant gâtée qui se paie le luxe d'avoir des problèmes psychologiques, et qui, en plus, n'assume pas ses erreurs. En outre, ses réactions montrent que pour une raison ou une autre, elle ne se sent pas capable d'avoir de véritables discussions avec ses parents, tout aimants qu'ils soient.

Anne-Frédérique Rochat explore donc des relations pas forcément faciles: des gens qui ne savent pas communiquer, des apparences qui peuvent être trompeuses... D'autres l'ont fait, et même si l'odyssée de Charline et ses «découvertes» sont pertinentes, le thème n'est pas vraiment renouvelé.
Le titre est particulièrement bien pensé, car il ne décrit pas seulement ce qui se passe au début du roman...

Éditeur: Wilquin.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Accident de personne » sur Amazon