Les quarante signes de la pluie

L'ouvrage:
Anna Quibler est scientifique. Elle a deux enfants, Nick et Joe. En ce moment, c'est Charlie, le mari d'Anna, qui est homme au foyer, et s'occupe de Joe.
Anna et Charlie tentent de faire comprendre à leur entourage quels sont les dangers du réchauffement climatique.

Critique:
J'avais peur que ce livre soit une véhémente diatribe, pleine de jargon, à l'intrigue bâclée, manifestant à toutes les pages. Au départ, je l'ai choisi parce que j'aimais bien la lectrice. Mes craintes ont été vite dissipées. Ce livre est intéressant par plusieurs côtés.

D'abord, l'auteur invente des personnages fouillés, intéressants, et attachants. On les suit avec intérêt tant sur le plan personnel que professionnel.
En outre, ce livre est très loin de se résumer à une histoire de réchauffement climatique. L'auteur en parle, bien sûr, et cela prend une place importante. Néanmoins, beaucoup d'autres thèmes sont abordés avec justesse: la famille, les relations entre collègues, entre amis, l'amour...
J'ai trouvé très bien que ce soit Charlie qui joue le rôle de l'homme au foyer. Pour une fois, ce n'est pas la femme qui s'occupe du bébé. Le couple est organisé, Charlie s'en sort très bien, et on a droit, en plus, à certaines scènes savoureuses, comme par exemple celle où Charlie doit aller rencontrer le président d'urgence... avec Joe sur le dos. En outre, lire le récit des journées de Charlie et de Joe est divertissant.

J'ai également été heureuse de lire un roman où il n'y avait aucune attirance ambiguë d'un protagoniste pour un collègue de travail. Enfin une histoire où on sait pourquoi le couple s'est marié: par amour! Étant donnés tous les livres contemporains où l'un des protagonistes est mal marié, et où on a envie de lui botter les fesses en lui demandant pourquoi il l'a fait, ce roman est une bouffée d'air frais. Seule chose un peu embêtante: Charlie et Anna s'abreuvent de mots doux, ce qui rend leur couple un peu moins naturel.

L'histoire d'amour qui surgit au détour d'un ascenseur est peut-être un peu téléphonée. Mais elle n'est pas vraiment réglée, à la fin, ce qui la rend un peu moins clichée.
Globalement, l'intrigue est bien menée, et ce qu'on pourrait prendre pour des longueurs n'en sont pas, à mon avis. L'auteur prend le temps de nous décrire la vie de ses personnages, et c'est très intéressant.
L'auteur a même réussi à m'intéresser aux travaux menés par Franck et Anna. Pourtant, en général, lorsqu'il s'agit de ce genre de choses, ça devient très vite trop compliqué pour moi.
Outre certaines situations vécues par Joe et Charlie, l'auteur introduit des situations cocasses tout au long du roman: Franck escaladant un immeuble, Anna tirant son lait en travaillant, Nick et Anna à l'école, Charlie sortant sans Joe et ne parvenant pas à s'y habituer, etc.
La fin est conforme au reste du livre. Elle ne détonne pas.

Quant au réchauffement climatique, l'auteur se borne à exposer des faits, et à constater. Je sais qu'il y a deux écoles: celle qui pense que les actes humains sont trop minimes pour engendrer les catastrophes prédites par l'autre, et celle qui dit que l'homme est responsable de la déchéance de la planète, mais pourrait encore y remédier en adoptant d'autres façons de faire. Étant absolument ignare à ce sujet, je ne sais pas qui croire, mais je pense qu'on peut toujours essayer d'adopter les méthodes qui amélioreraient la condition de la planète. Cela ne demanderait qu'un peu d'adaptation. Soit, l'adaptation serait peut-être importante, mais pourquoi ne pas essayer?

Éditeur: Presses de la cité.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Suzanne Vanderperren pour la Ligue Braille.
Suzanne Vanderperren a une voix plutôt sobre. Néanmoins, elle sait mettre le ton approprié sans trop en faire. J'apprécie sa façon de lire.

Acheter « Les quarante signes de la pluie » sur Amazon