The Divorce Papers

Note: À ma connaissance, ce roman n'a pas été traduit en français.

L'ouvrage:
Janvier 1999.
Daniel Durkheim, oncologue, demande le divorce. Sa femme, Maria Durkheim, s'adresse aux avocats de la firme Trainer Hant Wesanski. Par un concours de circonstances, son premier entretien a lieu avec Sophie Diehl qui est avocate criminelle, et qui a mené cette entrevue pour dépanner son patron. Le courant étant bien passé, Maria demande que Sophie soit son avocate. Celle-ci n'est pas enchantée. D'abord, ce n'est pas sa partie,et ensuite, elle sait que cela lui attirera les foudres de sa collègue (qui, d'ailleurs, ne l'apprécie pas) Fiona McDregor, l'avocate qui devait s'occuper de Maria Durkheim. Seulement, le client est roi, surtout, en l'occurrence: Maria est la fille de Bruce Micklejohn, un gros client de ka firme. David Greeves, l'un des patrons, tranche: Sophie sera l'avocate de Maria, et il la supervisera.

Critique:
Ce roman m'a plu pour plusieurs raisons. D'abord, le personnage de Sophie m'a été sympathique. On s'identifie à elle. On comprend qu'elle ne souhaite pas s'occuper du divorce Durkheim. Ensuite, étant donné qu'elle n'est pas dans son élément, elle tâtonne. Elle fait quelques erreurs, et râle un peu quand David les lui fait remarquer, mais finit par faire profil bas. Je pense qu'au moins une fois, elle aurait pu lui rappeler qu'elle n'avait pas voulu cette situation.
Le lecteur entre également dans la vie privée de l'avocate. Là encore, Sophie ressemble au commun des mortels. Elle a une meilleure amie, des soucis avec ses parents, en a assez d'avoir des petits amis nuls... J'ai aimé qu'elle ne soit pas excessive, à l'inverse de ce genre d'héroïnes.

Ensuite, j'ai bien aimé voir certains aspects de la bureaucratie d'un cabinet d'avocats. En général, les livres et les séries ne montrent pas ce genre de choses. Ici, on voit les lettres que les avocats adressent à la partie adverse, ils citent des cas, des lois... Bien sûr, c'est parfois un peu long. Par exemple, les propositions et contre-propositions concernant qui aura ceci et cela... Dans le cas des Durkheim, c'est, en plus d'être long, vaguement écoeurant, étant donné les sommes brassées.

J'ai également apprécié Maria qui, par la force des choses, est obligée de s'adapter et de se défendre comme elle peut... Tant qu'elle y est, elle ne se bat pas uniquement contre Daniel...
J'adore la dernière lettre qu'elle adresse à Stéphanie.

J'ai également aimé la petite guerre Sophie-Fiona, surtout qu'à un moment, d'autres y sont mêlés, de près ou de loin.

Il y a un personnage qu'on voit peu, et que j'ai tout de suite apprécié. Il s'agit de Joe. Il ne se cache pas derrière la langue de bois, et ne fait pas forcément passer son intérêt avant tout.

À la fin, David propose à Sophie de s'occuper d'autres affaires. Pas forcément de divorces, mais de ne pas faire seulement du droit criminel. Est-ce la porte ouverte à une suite?

Au cas où cela en rebuterait certains, je vous avertis que ce roman se compose de lettres et de mails (ainsi que de documents en pièce jointe).

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par les éditions Random house audio.
Dans la présentation, il n'est pas précisé quel comédien joue quel(s) rôle(s). Ne connaissant pas bien tous les comédiens, j'ai fait des recoupements, et ai déduit une partie de la distribution. Lorsque je ne savais pas, je n'ai mis que le nom du comédien. Si par hasard quelqu'un peut m'aider à avoir la distribution complète, je le remercie d'avance.

Rebecca Lowman: Sophie Diehl
Kathe Mazure: Maria Durkheim
Arthur Morey: David Greeves
Emily Rankin (qui, selon mes oreilles, enregistre également des livres sous le nom d'Emily Janice Card): Maggie Pheiffer
Mark Bramhall: Bruce Micklejohn, le père de Sophie, Proctor Hand...
Mark Cashman
Mark Deakens: Joe Selarno, Harry Mortensen
Susan Denaker:
Kimberly Farr:
Kim Mei Guest: Fiona McGregor, Jane Durkheim
Fred Sanders: