Des bleus au coeur

L'ouvrage:
Hephzi, dix-sept ans, est morte. Sa soeur jumelle, Rebecca, se retrouve esseulée. D'autant que maintenant, elle ne peut compter sur personne. Surtout pas sur son père, Roderick, vicaire du village, ou sa mère, Maria. Ce sont eux qui ont transformé la vie des deux soeurs en long calvaire: elles n'avaient droit à rien, sauf à des coups, des injures, des humiliations.

Critique:
Voilà un roman très dur, oppressant. Un roman qui se lit d'une traite, dans lequel on plonge en apnée, dont on n'arrive pas à se détacher. Les personnages ne pourront laisser le lecteur indifférent. Ces deux jeunes filles maltraitées depuis leur enfance, qui se révoltent chacune à sa manière, engendreront de fortes émotions. Louisa Reid s'attache à décrire leurs relations. Bien sûr, elles étaient très liées, lien renforcé par leur malheur commun. Cependant, leurs caractères différaient, et elles ne réagissaient pas de la même manière. Il arrivait même qu'elles s'exaspèrent l'une l'autre, qu'elles s'affrontent. On se rend compte que souvent, au plus fort de leurs disputes ou de leur rejet de l'autre, elles sont guidées par leur amour l'une pour l'autre. Chacune fait ce qu'elle peut comme elle peut. Chacune s'adapte à sa manière, elles sont admirables. Il est assez terrible de voir comme l'être humain peut s'adapter au mal qu'on lui fait, tout en profitant de la moindre parcelle de bien-être.

Il arrivera également que l'une ou l'autre agace le lecteur. En effet, s'il est évident que le lecteur éprouvera de la compassion pour elles, s'il ressentira du dégoût (à l'instar de Craig, de Danny, et de Sheryl), pour ceux qui orchestrèrent leur malheur, il ne pourra s'empêcher, parfois, d'être agacé. Cela a, du moins, été mon cas. J'ai surtout été agacée par Hephzi. Elle se savait «préférée», et laissait toujours sa soeur la «protéger». Je sais que mon reproche est injuste, car on ne peut pas prévoir ce qu'on ferait dans ces cas-là, et je serais sûrement aussi avide de me préserver qu'elle. Je sais qu'elle n'écoutait que son instinct de survie, et que sa soeur était sûrement plus forte moralement, malgré les apparences. En effet, Hephzi aurait eu davantage de possibilités de tenter de s'en sortir. Elle n'a jamais rien saisi. D'autre part, Rebecca est toujours la plus réaliste quant aux événements et à la situation.
J'ai apprécié l'absence de manichéisme de ces deux personnages.
Les parents sont manichéens. Malheureusement, ils restent très crédibles. Je sais que des personnes comme ça existent.

Je n'ai pas vraiment compris l'attitude de la tante Melissa et de l'oncle Simon. Leur égoïsme est plus fort que tout. Melissa tente bien quelques approches, et reconnaît ses torts, mais Simon... est-il maladroit ou extrêmement odieux lors de sa conversation seul avec Rebecca?
Dans le même ordre d'idées, on ne pourra qu'en vouloir à ceux qui savent confusément que le drame se joue à deux pas de chez eux, et ne font rien ou presque. Il était évident, par exemple, que madame Sparks savait. Son attitude a été stupide jusqu'au bout.

Louisa Reid dit toujours les choses de manière sobre, évitant ainsi le larmoyant, et laissant le lecteur imaginer ce qu'elle ne décrit pas.

Moi qui préfère de très loin les structures linéaires et chronologiques, j'approuve totalement le choix de l'auteur pour ce roman. Pendant une grande partie de l'ouvrage, les chapitres alternent les points de vue et les «époques». Ainsi, on découvre le présent de Rebecca et le passé d'Hephzi. Dans d'autres cas, cela engendrerait des lenteurs. Ici, cela permet de découvrir les deux personnalités simultanément. Je pense que je me serais ennuyée si l'histoire avait été linéaire, sauf si la mort d'Hephzi n'avait pas été connue dès le départ.
D'autre part, le lecteur sait dès le départ qu'Hephzi est morte: il peut donc sembler inutile, voire cliché, de découvrir son histoire après sa mort. Cela paraît ainsi chez d'autres. Ici, c'est approprié. Au moment où cela aurait pu s'enliser, l'auteur a modifié sa structure.

Un roman dont on ne sortira pas indemne. De très beaux portraits.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Plon.

Acheter « Des bleus au coeur » sur Amazon