Champagne

L'ouvrage:
Les parents de Jérémie vont se séparer.
Lila remue les fantômes de son passé.
Claire se sert de ce qu'elle vit pour moduler les scénarios qu'elle écrit.
Violette a besoin de dire tout le mal qu'on lui a fait.
Simon voudrait aider les moins chanceux que lui...
Tout ce petit monde va se croiser cet été-là. Certains se connaissent déjà depuis longtemps. Chacun interférera d'une manière ou d'une autre dans la vie des autres.

Critique:
J'ai d'abord apprécié que ce roman soit une hymne à la nature. Il se passe dans les Laurentides, au coeur d'une contrée presque sauvage que certains (Claire, Lila...) tiennent à préserver. J'ai aimé la délicatesse de certains personnages, leur respect envers la nature et les animaux. L'affrontement entre Claire et Rongeur Céleste ne manquera pas d'amuser le lecteur.

Ensuite, j'ai trouvé que les personnages étaient bien campés. Ils ont tous de l'épaisseur. On les comprend, même si on ne les approuve pas. Par exemple, Claire m'a parfois semblé un peu prétentieuse. Lila m'a un peu agacée: en effet, plus on la découvre, plus on se rend compte qu'elle a pas mal de torts dans certains événements. Ce ne serait pas si grave si elle ne passait pas son temps à se lamenter et à penser avec regret à son défunt mari. Bien sûr, ses réactions sont compréhensibles, mais le petit jeu dont elle a fait preuve ne m'a pas plu. Ce n'est pas son seul méfait... il en est un autre plus grave qui la ronge, et on est tenté de se dire que c'est bien fait pour elle. Certes, elle voulait se protéger, mais si on agissait tous ainsi, on n'en sortirait pas... Je ne peux pas en dire plus, mais Lila ne laissera pas indifférent.
Quant à Jeanne, je ne sais pas trop quoi en penser... Elle agit de manière énigmatique, et son attitude amère et emportée ne s'explique qu'en partie.

Il est également agaçant de découvrir, au long du livre, que beaucoup de personnages s'enferrent principalement dans des histoires de fesses, alors qu'ils jurent leurs grands dieux qu'ils aiment leurs conjoints. Simon est peut-être le pire. Sa femme, on ne sait pas trop ce qu'il en pense... Là, ils m'ont franchement énervée, à larmoyer sur leur sort. En outre, comme on retrouve ce schéma plusieurs fois, cela fait répétitif, et les personnages perdent leur épaisseur.

Violette est intéressante. Au long du roman, Monique Proulx met en balance sa réaction face à la vie et celle de ses frères et soeurs (représentés par Christophe, l'un d'eux). Violette refuse de pardonner le mal que lui ont fait ses parents, et ne veut plus les voir, alors que ses frères et soeurs pardonnent à leur mère (le père est mort) et la revoient. Au moins, l'auteur n'a pas eu la mauvaise idée de terminer l'histoire par une tirade de Violette se rendant compte qu'il faut pardonner, qu'elle se sent bien mieux en le faisant, etc.Je ne peux pas analyser la manière dont cela se termine pour Violette, car je serais obligée de l'expliciter, mais au moins, cela ne se termine pas comme je le redoutais.

Un roman intéressant, mais inégal.

Éditeur: Boréal.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jacqueline Duperret pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Champagne » sur Amazon