Auteur : Postel Alexandre

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 12 avril 2018

L'ascendant, d'Alexandre Postel.

L'ascendant

L'ouvrage:
Le narrateur, vendeur de téléphones portables, semble avoir une vie sans histoires. Il a des aventures avec des femmes mariées, ce qui lui permet de ne pas se fixer.
Un jour, il doit se rendre chez son père (celui-ci étant décédé), afin de mettre ses affaires en ordre...

Critique:
Voilà un livre sombre, oppressant, dont le personnage principal n'est pas sympathique. Chez son père, il fait une découverte extrêmement déstabilisante qui le met en face de lui-même, qui le force (en quelque sorte) à se reconnaître, à se révéler. Sa réaction l'oblige à voir ce qu'il est vraiment. Il est assez lucide pour le percevoir, mais bien sûr, se cherche des excuses. C'est humain. Qui ne le ferait pas, à sa place? C'est en cela qu'il est effrayant. Il agit mal, mais n'est pas assez «malade» pour penser que ce n'est pas grave. Il sait que cela l'est, et cherche à se dédouaner.
Pendant cinq jours, il raconte son présent, revoit des pans de son passé, émet des hypothèses quant à ses réactions. À le lire, on le sent englué en lui-même.

En peu de pages, l'auteur parvient très bien à dépeindre cet individu inquiétant. Son prénom ne nous est jamais donné, ce qui renforce l'opacité autour de lui, de sa personnalité. C'est d'autant plus dérangeant que pendant de nombreuses années, il a vécu parmi ses semblables, n'éveillant les soupçons de personne. Malheureusement, c'est souvent le cas lorsqu'on a affaire à des gens dangereux. C'est en cela qu'Alexandre Postel frappe, avec justesse, là où ça fait mal. Son personnage trouble est criant de réalisme.

À un moment, j'ai trouvé que le roman traînait un peu, mais en fait, cela n'est qu'une autre manière d'immerger le lecteur dans cette ambiance noire, aux côtés de ce narrateur sordide. Ce que j'ai trouvé lent n'était qu'une façon de renforcer le malaise causé par le récit et le protagoniste principal.

Éditeur: Gallimard.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée pour l'association Valentin Haüy.

Acheter « L'ascendant » sur Amazon

lundi, 21 avril 2014

Un homme effacé, d'Alexandre Postel.

Un homme effacé

L'ouvrage:
Damien North est professeur de philosophie. Sa vie bascule le jour où il est arrêté pour avoir téléchargé des photos pédo-pornographiques.

Critique:
Ce livre analyse très bien les rapports entre les hommes. Alexandre Postel montre avec finesse comment l'homme peut interpréter le comportement de son semblable... quand ça l'arrange. L'auteur force le lecteur à analyser ses préjugés, sa façon d'être vis-à-vis des autres. En effet, combien sommes-nous à ne pouvoir nous empêcher de juger des gens que nous connaissons peu en nous basant sur peu de paramètres, sur quelques éléments qui ne sont pas représentatifs de la personne? L'auteur pointe du doigt le comportement néfaste de ceux que côtoie Damien, et tout en les blâmant et en les trouvant étriqués, le lecteur ne pourra s'empêcher de se dire que sans vraiment le vouloir, il agit parfois ainsi. Et quand des gens ayant des préjugés et ne prenant aucun recul se réunissent, cela donne quelque chose d'assez effrayant. Surtout si leur victime ne réagit pas comme ils le voudraient.

Alexandre Postel analyse avec art la psychologie de ces gens. Par exemple, Damien et son frère ne se sont jamais vraiment entendus, donc le frère ne pense pas que Damien soit innocent de ce dont on l'accuse. Il se base uniquement sur le fait que Damien et lui ne sont pas proches. Le personnage principal lui-même se demande s'il se connaît bien.
Quant à Mortemouth, il se récrie quant aux préjugés qu'on pourrait avoir envers lui, et n'est pas le dernier à en avoir. Comme Damien ne l'aime pas, il est persuadé que celui-ci amalgame pédophile et homosexuel.

Le roman n'évoque pas seulement la réaction des gens après l'arrestation de Damien. Les faits s'enchaînent, et l'auteur décrit plusieurs situations afin de pouvoir les analyser au travers des réactions des voisins du héros. Cela donne une intrigue rythmée, au cours de laquelle on ne s'ennuie pas.

Damien est une victime de la société, et cela fait qu'il fait un gros travail sur lui-même. Il montre ses failles, ses zones d'ombre.
Je ne pensais pas qu'il finirait par agir comme il le fait. Je pensais qu'il opterait pour une autre solution. J'avoue préférer le choix qu'a fait l'auteur à ce que j'envisageais, principalement parce que j'ai davantage réfléchi aux raisons qui ont poussé Damien à ne pas faire ce que j'entrevoyais.

Un livre très bien pensé, qui pourrait presque être un documentaire sociologique.

Éditeur: Gallimard.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Philippe Lejour pour l'association Valentin Haüy.
Philippe Lejour a longtemps enregistré pour les éditions Livraphone. Quel plaisir et quelle émotion cela a été pour moi de le retrouver enregistrant bénévolement pour l'AVH. Il a une voix très claire, son intonation est toujours appropriée, il joue sans cabotiner, ne prononce pas les noms anglophones d'une manière affectée... J'espère avoir la chance de relire des ouvrages qu'il a enregistrés!

Acheter « Un homme effacé » sur Amazon