Les complaisances du coeur

L'ouvrage:
Laura McAllister s'est mariée jeune. Plus tard, son couple ayant besoin d'argent, elle parvient à en gagner en faisant de la pâtisserie, puis en développant son affaire. Son mari, Robby, vit mal cette situation.

Critique:
Je n'ai lu ce livre que parce qu'il a été enregistré par deux lecteurs que j'aime beaucoup. Je savais que ce n'était pas vraiment le style que j'affectionne. En effet, on retrouve beaucoup de situations convenues. D'abord, Belva Plain prend le temps de nous montrer à quel point le mari de Laura est agaçant. Il a tous les défauts: il n'accepte pas sa femme telle qu'elle est, pleurniche au lieu de faire le nécessaire pour gagner leur vie, ne se remet pas en question... Bref, il faut bien que le lecteur accepte l'idée que Laura va en trouver un autre qui, lui, l'écoutera, l'acceptera, etc.

Une fois la situation posée, l'auteur peut se permettre de nous balancer un coup de foudre, ou presque. Mais bien sûr, les choses ne sont pas si simples. Iris, la mère de Laura, est atterrée de l'inconduite de sa fille qu'elle jugeait parfaite, avant. En effet, Laura était le pilier de la famille: conseillant sans juger trop vite, aidant chacun à se trouver... et bien sûr, faisant tout ce qu'il faut pour que son mariage ne parte pas en vrille, quitte à ne jamais rien dire à chaque attaque de son mari.
Quant à Iris, elle a accepté les infidélités de son mari, mais lui en a voulu... L'important est qu'elle ait réussi à maintenir son mariage...

Pour corser le tout, Belva plain ajoute un secret qu'il ne faut absolument pas qu'Iris découvre, mais qu'elle découvrira, et qui, brusquement, comme par magie, lui fera voir certaines choses autrement.

Le personnage qui m'a le plus plu est sûrement Cathy, la fille de Laura. L'attitude des adultes lui donnent de drôles d'idées, mais elle est assez clairvoyante sur pas mal de choses.

Il est amusant que Laura se dise souvent qu'elle est dans la vie, et non dans un mauvais livre à l'eau de rose. Je ne sais pas si l'auteur se moque d'elle-même ou tente de rendre son livre plus réaliste, mais ces remarques m'ont bien fait rire, sachant que ce livre était justement ce qu'il disait ne pas être.

Lorsque Laura songe à quitter son mari (oui, ça arrive au bout d'un moment), elle se dit qu'il serait mal que Cathy connaisse un foyer brisé, qu'il faut qu'elle soit avec Robby pour que leur fille ait ses deux parents ensemble. Elle ne se dit à aucun moment qu'il est sûrement plus destructeur pour un enfant de voir ses parents se disputer tout le temps (Laura n'aurait pas encaissé éternellement), que de les voir se séparer.

Bref, un livre sans surprises qu'il faut lire pour ne pas réfléchir.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Yves Mugler. et Frédérique Ribes pour les éditions VDB.
Les comédiens n'ont pas démérité. Ils n'ont pas surjoué, ce qui aurait été désastreux.

Acheter « Les complaisances du coeur » sur Amazon