Le garçon qui ne voulait pas sortir du bain

L'ouvrage:
Ce jour-là, la police se présente au domicile du narrateur. Il savait bien que cela arriverait. Il avait fait très attention, mais avait sûrement commis des erreurs. Il sait qu'il est maintenant temps qu'il paie pour le meurtre de cette femme.

Critique:
Au départ, j'ai voulu tenter ce livre parce que j'aime beaucoup la lectrice qui l'a enregistré, mais j'avais peur qu'il ne soit pas bien. Cette crainte s'est vite dissipée.

L'auteur use d'un procédé qui, généralement, me déplaît, mais qui, ici, est judicieux. D'abord, on apprend que le narrateur a commis un meurtre. Ensuite, on apprend comment il en est venu à commettre ce meurtre. Enfin, on assiste à son entretien avec la police. Cette structure est appropriée. L'auteur ne donne pas de fausses pistes ni de faux indices.

Pendant ma lecture, j'ai pensé que tout cela serait très classique et sans surprises. Pourtant, je n'ai pas vu venir certaines choses... C'est voulu par l'auteur, mais c'est fait de manière assez habile pour que cela n'ait pas l'air gros. Par exemple, certains pourront se récrier quant à un soi-disant faux indice. Cependant, la psychologie du narrateur explique pourquoi cet indice n'est pas «faux». Bien sûr, cela permet à l'auteur de prétendre quelque chose afin que le lecteur ne parvienne pas tout de suite à assembler les pièces du puzzle, mais au moins, c'est expliqué par quelque chose qui se tient.

Au long du roman, le narrateur expose son état d'esprit. Qu'on comprenne ou pas son point de vue quant à ce qu'il ressent et quant à la manière dont il décide d'enfouir son traumatisme en lui, on ne peut pas le juger. Je pense que j'aurais agi autrement (je ne parle pas du meurtre), mais je sais aussi que c'est une situation trop délicate et trop douloureuse pour être sûre de la manière dont je réagirais.

À la fin, on s'interroge quand même. Comment les choses vont-elles tourner? Connaissant le narrateur, on s'en doute, mais certains paramètres font qu'on ne peut pas absolument prévoir sa réaction (sur plusieurs points) à long terme. C'est peut-être une faiblesse du roman.

Éditeur: Faim de siècle et cousu mouche.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Marina Froidevaux pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Le garçon qui ne voulait pas sortir du bain » sur Amazon