Dans la nuit blanche et rouge

L'ouvrage:
Russie, Février 1917. Svetlana Kolipova souhaite aider son pays. Elle voit bien que le peuple a faim. Sa noble condition ne l'empêche pas de vouloir davantage de justice. C'est ainsi que ce 19 février 1917, elle va accomplir une mission: voler un document dans la poche d'un manteau. Seulement, elle se trompe de vêtement, et découvre rapidement que ce qu'elle a volé la concerne de très près.

Critique:
Ce roman a été pour moi une belle découverte. D'abord, Jean-Michel Payet fait le portrait d'une époque historique. Il prend le temps d'expliquer ce qui a conduit à telle situation. Moi qui avais un peu oublié cette période, il m'a rafraîchi la mémoire.

Notre héroïne est précipitée dans un tourbillon d'aventures qui la mettront à l'épreuve. Elle est sympathique. En général, les héroïnes à l'air parfait sont agaçantes. Ici, ce n'est pas le cas, peut-être parce que Svetlana est exempte de cette niaiserie et de cet air supérieur qui accompagnent ces fameuses héroïnes à l'air parfait. L'histoire d'amour non plus n'est pas mièvre. Dans les romans pour la jeunesse, elles le sont souvent. Celle que nous trouvons ici est rapidement prévisible, mais cela ne m'a pas dérangée parce que les héros ne font pas des tours et des détours avant d'y arriver. À un moment, il y a bien une ficelle que je n'aime pas trop, mais son action ne dure pas (alors que d'autres auteurs en abusent sans vergogne), ce qui fait que je la pardonne volontiers à l'écrivain.

L'intrigue ne souffre d'aucun temps mort. Au départ, on ne comprend pas trop ce que certains personnages font là. Cela renforce le côté énigmatique du roman. De plus, là encore, l'auteur a su doser l'emploi de cette ficelle. Il ne fait pas languir le lecteur qui sait rapidement à quoi s'en tenir.

Outre l'aventure et les énigmes (qui convergent toutes vers une seule), il y a une part de fantastique. Lorsque je l'ai découverte, j'ai eu peur qu'elle ne gâche tout, et que cela se transforme en quelque chose d'invraisemblable. Il n'en est rien. Jean-Michel Payet maîtrise son récit. Bien sûr, à la fin, on se demande comment cela pourrait se terminer, mais le romancier donne quelques pistes énoncées par Svetlana.

Éditeur: Les grandes personnes.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Yves Vanmeenen pour la Ligue Braille.

Acheter « Dans la nuit blanche et rouge » en téléchargement audio sur Amazon