Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

Note:Ce livre est le tome 3 d'une série. Je n'ai pas lu les autres tomes, mais il est préférable de les lire dans l'ordre:
1: Les yeux jaunes des crocodiles
2: La valse lente des tortues
3: Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

L'ouvrage:
Hortense est à Londres. Elle compte bien conquérir le monde de la mode... et Gary.
Joséphine se remet difficilement du décès de sa soeur, et de ce qu'il implique pour elle. On la pousse à écrire à nouveau, Philippe lui crie son amour; elle n'a plus goût à rien, et s'interdit de vivre.
Henriette veut trouver un moyen de voler de l'argent à son ex-mari qui a osé la remplacer par une femme plus belle et plus jeune.

Tous ces personnages, et bien d'autres, nous entraînent dans leurs aventures qui se croisent et se mêlent.

Critique:
N'ayant pas pu lire les deux autres tomes avant la sortie de celui-ci en audio, j'ai conscience d'avoir perdu certaines choses. Néanmoins, ce livre n'a pas vraiment été ma tasse de thé. Je ne l'ai pas détesté, sa lecture n'a pas été un calvaire (je pourrais citer des livres qui ont été une torture pour moi), mais certaines choses m'ont gênée. Par exemple, j'ai trouvé les intrigues prévisibles. Dès que l'une d'elle s'amorçait, je me doutais de son déroulement. Bien sûr, je ne pouvais pas prévoir les détails, mais j'ai vu arriver beaucoup d'événements. Cela fait que pour moi, le livre a été très lent. Sa longueur n'a rien à voir, car un livre peut être long et bien rempli, et un livre court peut être lent. Ici, comme j'ai deviné beaucoup de choses, j'ai vu les événements avancer très lentement.

Outre cela, la teneur de certains événements m'ont agacée. Par exemple, la réussite d'Hortense. Bien sûr, elle ne réussit pas d'un coup. Bien sûr, le lecteur admirera sa ténacité. Pourtant, elle est si égoïste, capricieuse, et prétentieuse qu'on aurait aimé que la vie lui donnât de petites leçons. On me dira qu'elle en a eu. Soit, mais elles sont bien minces.
L'empressement de Gary à retrouver son père m'a également agacée. C'est compréhensible, mais c'est trop manichéen. Il oublie bien vite sa mère qui l'a élevée. Autre chose chez Gary et Shirley m'a ennuyée, mais je ne vais pas tout dévoiler.
La situation entre Denise et Bruno m'a paru extrêmement lente et pas très crédible. On me dira qu'une vieille fille frustrée, férue de romans sentimentaux, réagira exactement comme réagit Denise. Pourtant, j'ai trouvé ça vraiment trop gros.
Enfin (pour ne pas faire un catalogue, je m'arrêterai là, mais il m'en resterait beaucoup à dire), l'histoire de la télépathie dont est capable Marcel Junior, grâce à la science, me laisse perplexe...

D'autre part, j'ai mis longtemps à entrer dans l'histoire et dans la peau des personnages. Je pense que cela vient en partie du fait que je n'ai pas pu lire les deux premiers tomes, mais pas seulement.

Les personnages ne sont pas très crédibles.
Henriette est une atroce mégère qui ne jure que par la méchanceté. Elle n'a pas d'épaisseur: elle est méchante, moche, sent mauvais... on dirait la fée Carabosse.
Hortense est encore plus caricaturale que Blair Waldorf dans «Gossip girl».
Marcel et Josiane sont un peu trop français moyens.

Malgré cela, certaines choses m'ont plu. La principale étant le personnage de Marcel Junior. Bien sûr, là aussi, c'est un peu gros, mais globalement, c'est un personnage très sympathique au lecteur. On a du mal à imaginer un enfant de trois ans, même surdoué, tenant de tels propos et ayant un tel à propos. C'est justement cette situation qui fait rire le lecteur.
J'ai également apprécié le personnage d'Iphigénie.

Il faut lire ce roman quand on n'a pas envie de réfléchir, quand on veut se reposer le cerveau. Même s'il ne m'a pas franchement plu, même si ma critique n'est pas vraiment positive, il peut être un bon divertissement, une comédie sympathique.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Christine Pâris.
Ce livre m'a été offert par les éditions Audiolib. Il sort en audio le 16 juin.

La version audio est agrémentée d'un entretien avec l'auteur que je vous recommande vivement. Katherine Pancol y parle, entre autres, de sa démarche d'écriture, et c'est très intéressant.
Accessoirement, elle explique qu'elle répond elle-même à tous les lecteurs qui lui écrivent via son site, et que cela devient difficile, car de plus en plus de gens lui écrivent. En tout cas, elle a répondu à l'une de mes questions. J'espère que malgré le nombre croissant de ses lecteurs, elle parviendra toujours à leur répondre, car c'est très agréable de recevoir un message de l'auteur lui-même.

D'habitude, je ne suis pas très enthousiaste quant à la comédienne qui a interprété ce roman. Pourtant, ici, j'ai trouvé qu'elle jouait de manière moins affectée. Je lui reproche plus ou moins les mêmes choses qu'avant, mais certains des défauts que je lui trouvais sont atténués dans l'interprétation de ce roman.

Acheter « Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi » en audio sur Amazon

Acheter « Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi » sur Amazon