Un amour de jeunesse

L'ouvrage:
Après un plongeon hasardeux, Mike se retrouve le cou brisé, dans le coma. Sa famille et ses amis se relaient à son chevet. Carrie, sa fiancée, se pose des questions quant à leur relation.

Critique:
J'ai trouvé ce roman inégal. Au début, je l'ai apprécié. Carrie se pose en effet des questions, mais elle se les posait avant que Mike ait cet accident. Ce n'est donc pas le schéma de la personne qui ne peut pas assumer ce qu'impliquerait le fait de vivre avec une personne handicapée. Bien sûr, on peut penser que ce qui arrive à Mike hâte la bousculade des questions dans la tête de notre héroïne, mais cela nous oblige à nous demander ce que nous ferions à sa place si nos sentiments étaient déjà tièdes.

Si les choses sont nuancées, au départ, par la suite, le tout s'enlise. Cela tient d'abord à l'héroïne. Elle est extrêmement pénible. Ses atermoiements, ses louvoiements, ses larmoiements donnent envie de lui donner très régulièrement une bonne paire de gifles. Elle ne sait pas ce qu'elle veut. Elle blesse des gens, et sanglote tout ce qu'elle peut lorsque ceux-ci ont le mauvais goût de dire «stop». Pour moi, cet être pleureur et indécis est néfaste. D'ailleurs, je me suis demandé ce que lui trouvaient tous ces gens. Elle se noie dans ses hésitations, est insignifiante, chaque décision qu'elle prend fait mal à au moins une personne... Même lorsqu'il s'agit de faire une chose très simple que n'importe qui doté d'un peu de bon sens aurait fait, Carrie choisira de faire le contraire. Je parle de sa promesse à Lynn. Lynn elle-même pensait qu'elle ne tiendrait pas parole. Si Carrie avait des scrupules à rompre un serment, il ne fallait pas qu'elle promette. Bien sûr, lorsque le mal arrive parce qu'elle a tenu cette promesse, elle repart dans de honteux sanglots où elle se dit que, franchement, elle n'aurait pas dû agir de la sorte! Carrie est ainsi tout au long du roman: elle fait des choses répréhensibles en le sachant, puis pleure et se fustige lorsque le retour de bâton arrive. Retiendrait-elle la leçon? Que nenni! Par la suite, elle agira tout aussi inconsidérément.

J'ai terminé le livre pour savoir comment Ann Packer pouvait faire une fin acceptable. Certains penseront peut-être que la fin montre une évolution de la part de Carrie. Je ne le pense pas. Si ce personnage existait, il agirait à nouveau mal. Je ne pense pas qu'elle soit tout à fait sincère. En tout cas, pour moi, ceux qui la connaissaient auraient dû la rejeter purement et simplement.

Un personnage insupportable ne fait pas forcément un mauvais livre. Ici, je ne sais pas trop quoi penser... L'auteur aurait sûrement pu montrer la fadeur, l'inconsistance, et l'égoïsme de Carrie en beaucoup moins de pages. Je comprends qu'elle ait pris le temps d'installer le personnage dans la vie qu'elle se construit, mais j'ai quand même trouvé des longueurs. J'ai été d'autant plus déçue par ce roman que j'ai beaucoup aimé «Chanson sans paroles».

Éditeur français: Seuil
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cassandra Campbell pour les éditions Penguin Random House Audio.

Acheter « Un amour de jeunesse » sur Amazon