L'auteur:
Audrey Niffenegger a mis quatre ans et demi à écrire ce roman. Sur son site officiel, (site en construction, où seule une rubrique est remplie, la FAQ), elle explique que la première image du roman qui lui est venue est celle de la fin.

Elle travaille à un autre roman. Elle est également enseignante, et écrit aussi des livres artistiques. Je n'ai pas bien compris ce que c'était, mais il me semble que ce sont des livres entre la bande dessinée et le roman photo...

Le temps n'est rien L'ouvrage:
Henry De Tamble naît en 1963.
Claire Habshire voit le jour en 1971.
A six ans, Claire rencontre Henry. Il a trente-six ans.
De six à dix-huit ans, Claire va rencontrer Henry, qui aura toujours entre trente et quarante ans. Le premier jour, (lorsqu'elle avait six ans), il lui a donné une liste comprenant toutes les dates où il lui apparaîtrait, jusqu'à ses dix-huit ans. Elle doit se tenir prête à lui fournir des vêtements. En effet, lorsque Henry apparaît quelque part, seul son corps se matérialise. Tout ce qui n'est pas lui reste dans son présent. Il débarque donc toujours nu.

Henry voyage dans le temps. C'est une Personne Chrono-Déficiente. Il vit son présent, et soudain, il peut être projeté dans son passé ou son futur. Il ne contrôle rien.

Lorsqu'elle a vingt ans, Claire rencontre le Henry du présent, le Henry qui a vingt-huit ans. Lui ne la connaît pas, alors qu'elle a passé son enfance à tomber amoureuse de lui, et son adolescence à essayer de le convaincre de faire l'amour avec elle. Bien sûr, ils vont vivre une grande histoire d'amour.

Mais Henry continue de voyager dans le temps, sans le vouloir. Il aimerait se stabiliser, vivre paisiblement sa vie avec Claire, au lieu de partir n'importe quand pour une durée indéterminée. C'est ainsi qu'il décide de s'adresser au docteur Kendrick.

Critique:
J'ai beaucoup aimé ce livre, malgré quelques longueurs. En effet, le livre est très long, (il ne doit pas faire loin de 500 pages), et à certains moments, il traîne un peu.

Au départ, j'ai eu un peu peur d'assister à des allées et venues d'Henry dans le temps, sans comprendre pourquoi cela lui arrive, et sans qu'il tente quoi que ce soit pour l'arrêter. Mais il n'en n'est rien. Certes, Audrey Niffenegger prend son temps pour planter le décor, mais elle a raison. En effet, au début, le lecteur peut être un peu déboussolé par cette distorsion du temps. Au bout de quelques voyages d'Henry, on comprend comment cela marche,et on est prêt à avancer dans l'intrigue.

Ce jeu avec le temps permet à Audrey Niffenegger de faire certaines choses assez drôles. Par exemple, Claire et Henry se sont rencontrés dans leur présent à tous les deux, lorsqu'ils avaient vingt et vingt-huit ans. Mais à dix-huit ans, Claire avait fait l'amour avec un Henry plus vieux.
A trente-huit ans, Henry se fait faire une vasectomie. Mais un Henry plus jeune arrive dans le présent de Claire, qui a trente ans, et ils font l'amour ensemble, ce qui donne Alba, leur fille.
Henry peut rencontrer Claire pendant l'enfance de celle-ci, alors que dans son présent, ils sont déjà ensemble. D'ailleurs, on peut se demander si Claire serait tombée amoureuse d'Henry, à vingt ans, si elle ne l'avait pas déjà été, du fait qu'elle le connaît depuis qu'elle a six ans. Lorsqu'ils se rencontrent, dans leur présent à tous les deux, c'est bien sûr elle qui le reconnaît, puisqu'elle attend ce moment depuis deux ans, un Henry du futur lui ayant dit que cette rencontre aurait lieu lorsqu'elle aurait vingt ans.

Henry essaie toujours de ne pas influer sur le futur. Il a déjà essayé d'empêcher des catastrophes, et il n'y a pas réussi. Il a donc décidé de ne jamais essayer de changer le futur. Même lorsqu'il apprend ce qui l'attend. D'ailleurs, ce qui lui arrive arrive à cause du fait qu'il voyage dans le temps...

Personnellement, je n'ai pas aimé la fin. J'aurais voulu que Henry essaie d'influer sur le passé/futur. Même si je n'aime pas la fin, je pense que ce livre est un bon roman. La distorsion du temps, les voyages dans le temps, l'histoire d'amour, les personnages, tout cela fait que c'est un livre drôle et touchant.

Éditeur: Michel Lafon.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Henri Duboule pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Le temps n'est rien » sur Amazon