Faillir être flingué

L'ouvrage:
Ils voyagent seuls ou en famille dans les plaines du Far West. Ils rencontrent des gens qui leur volent leurs biens, ou jouent et les perdent. Ils vont tous vers une ville en pleine expansion afin de s'y établir.

Critique:
Avant de lire ce roman, j'ai regardé ce qu'en disaient d'autres blogueurs. Parmi les avis négatifs, il était dit qu'il y avait trop de personnages, et qu'ils n'étaient pas assez creusés. Si je peux comprendre ce point de vue, je ne le partage pas. Il y a en effet, une galerie de personnages. Je ne m'y suis pas perdue parce que je leur accolais certaines caractéristiques: Elie, c'est celui qui a volé le cheval de Burn, etc. En outre, s'il y a un risque de «mélange», il est vite dissipé car les personnages ont des particularités. Sans affirmer qu'ils sont très creusés, je pense quand même qu'ils ne sont pas interchangeables. Il ne faut pas oublier que c'est un western, donc les conditions de vie font que la psychologie des personnages n'est pas le centre du roman.

Dans cette nature en mouvements, tour à tour hostile et prodigue, ces hommes et ses femmes vont se croiser, se voler ou s'aider... Céline Minard rend parfaitement cette ambiance propre aux westerns. Elle y ajoute sa patte. C'est-à-dire qu'elle utilise certains codes qu'elle détourne. Les femmes, par exemple, ne sont pas reléguées au second plan. Elles sont même très importantes.

La romancière insère également de l'humour dans le livre. C'est fait de manière intelligente. Par exemple, la scène que j'appelle «la scène du combat pour les bottes» aurait pu être très banale, voire ennuyeuse. Sous la plume de Céline Minard, elle devient amusante sans perdre sa dimension épique. Du reste, c'est Sally qui trouve le meilleur moyen de la conclure: pragmatique, évident... après cela, on a envie de demander aux deux hommes pourquoi ils en ont fait une telle affaire. Là encore, cela m'a fait rire.
Parmi les autres scènes amusantes, j'évoquerai celle du premier bain, mais aussi celle du pari stupide que firent deux hommes à propos d'une fille et d'un bain, justement. là encore, l'auteur accomplit un tour de force, créant le rire par sa manière d'amener les choses aussi bien que par les événements racontés.

Si elle a su installer ses personnages dans cette nature sauvage, Céline Minard a également su parler d'une ville en plein essor où certains métiers se créent, où certaines idées prennent corps.

Un livre sympathique, qui détend, des personnages pour qui j'ai éprouvé de l'empathie, une intrigue qui recèle quelques ressorts inattendus, un décor habilement dépeint.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Féodor Atkine. Ce livre m'a été envoyé par les éditions Audiolib.
J'ai été ravie de retrouver Féodor Atkine dont j'aime beaucoup la voix et le jeu. Pour moi, il a parfaitement interprété ce roman, servant au mieux les intentions de l'auteur. Céline Minard (au vu de ce qu'elle dit dans l'entretien en fin d'ouvrage) semble être de mon avis. Le lecteur a quelque peu modifié sa voix pour certains personnages. Bien sûr, il l'a fait sans excès, c'est donc une initiative heureuse.
Sachant que Féodor Atkine préfère prononcer les noms propres étrangers avec l'accent de leur pays d'origine, j'avais un peu peur en prenant ce livre. Heureusement pour moi, il n'y a que Gifford et Jeffrey qui ont été prononcés avec le «r» anglophone. Je pense que j'aurais hurlé de désespoir si Brad avait été prononcé à l'anglophone, ainsi que Sally, Silas, et d'autres. Je comprends qu'il soit délicat de prononcer «Jeffrey». Il y a diverses possibilités. Deux d'entre elles sont les plus courantes: soit à l'anglophone (comme l'a fait Féodor Atkine), soit Djèfrè (celle que je préfère).

Comme je l'ai dit plus haut, il y a un entretien avec l'auteur en fin d'ouvrage. L'éditeur a fait ce que j'attends depuis un certain temps: c'est le lecteur qui a enregistré le livre (en l'occurrence Féodor Atkine) qui interroge Céline Minard. J'espère que cela se produira à nouveau.
Comme d'habitude, l'entretien est très plaisant à écouter. Pour moi, il l'a été d'autant plus que Féodor Atkine était de la partie, et donnais son avis sur le livre et les sujets abordés.

Acheter « Faillir être flingué » en audio sur Amazon
Acheter « Faillir être flingué » sur Amazon