Petits goûters entre amies

L'ouvrage:
Depuis deux ans et demi, Callie et Suzy sont voisines et amies. Callie recommençant à travailler, sa fille, Rae, ira à la garderie après l'école. Elle y côtoiera Debs, institutrice et nouvelle dans le voisinage. Quant à Suzy, elle a trois garçons et aimerait avoir une fille.

Critique:
Certains pourront dire que le roman est lent à démarrer. J'ai apprécié cela, car Louise Millar prend le temps de poser les choses, et elle le fait intelligemment. Elle montre ses personnages dans leur quotidien. Le lecteur voit leur pensées, leurs réactions, et il doit se faire une idée d'eux à partir de cela. Avec ces maigres indices, on commence par être un peu perdu. Cela m'a beaucoup plu, car j'aime ne pas savoir où je vais, ne rien pouvoir prévoir. D'autre part, l'auteur n'est pas bête: elle ne montre pas des situations totalement manichéennes. Cela aurait été trop gros. Au début, on sent donc un malaise, mais on ne sait pas trop à quoi il est dû. Il est généré par de petites remarques, des non-dits, des attitudes, et on n'arrive pas à faire coller cela avec ce que montrent les personnages extérieurement. Sauf Debs. En effet, elle est déroutante, mais pas de la même façon.

Les chapitres alternent les points de vue des trois femmes. Au début, je me suis demandé pourquoi celui de Callie était exprimé à la première personne et celui des deux autres à la troisième. Après avoir fini le livre et y avoir réfléchi, je pense que cette petite subtilité est importante pour le roman, et que l'auteur n'a pas fait cela au hasard. Ce procédé fait partie de la façon dont elle souhaitait que le lecteur découvre la psychologie de ses personnages.
À un moment, Callie dit quelque chose qui m'a paru étrange, et que je ne parvenais pas à faire cadrer avec son attitude. La romancière finit par l'expliquer très simplement. C'est quelque chose que j'aurais dû comprendre avant, mais j'étais trop immergée dans l'histoire pour y réfléchir. Ce genre de choses fait que pour moi, Louise Millar a réussi son pari. Son livre est bien pensé.
J'ai un peu regretté que la fin soit si rapide. J'aurais aimé une petite suite qui se serait passée quelques semaines plus tard et où on aurait su où en sont les héroïnes. Certes, à la fin, tout est dit, le lecteur n'a plus de questions. Mais j'aime bien les fins qui en disent un peu plus, qui prennent un peu le temps.

Les personnages paraissent assez mous. On a envie de les secouer, de leur dire que si ça ne leur plaît pas, ils n'ont qu'à changer de vie. Et puis, peu à peu, on se rend compte que tout n'est pas si simple.
Debs et Allen m'ont un peu agacée, à s'appeler «mon amour» à tout bout de champ, et à ne rien se dire de vraiment important. Pourtant, Le lecteur voit bien que chacun aimerait crever l'abcès.
Callie paraît un peu pleurnicheuse. Et puis, elle agit trop comme si Rae était en sucre. Bien sûr, on peut comprendre qu'elle ait peur pour son enfant. On peut aussi comprendre sa peur de tout mener de front, mais parfois, on a envie de la secouer, et surtout qu'elle regarde vraiment ce qui l'entoure.
Jez est sûrement le pire...
Suzy est complexe, et au début, c'est elle qu'on a le plus de mal à cerner.
Tom trouve quelque peu grâce à mes yeux, mais pas au début.

À lire!

Éditeur: Presses de la cité.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.

Acheter « Petits goûters entre amies » sur Amazon