À ta santé la vie, tome 1: Cognac et porto

L'ouvrage:Hampton, 1975.
Danielle a quitté Montréal afin de recommencer sa vie. Elle est professeur de français dans une école.

Critique:
Ce livre évoque une situation qui, au départ, est assez difficile. Une femme va tout quitter pour se reconstruire. Cette reconstruction ira au-delà de ce qu'elle pensait elle-même. j'ai aimé cette idée: Danielle se croit incapable d'être elle-même, elle pense s'être trop fondue dans sa vie de famille, et pourtant, elle découvre qu'elle peut faire autre chose, tout recommencer, se retrouver.
Michèle Matteau aborde ce thème à travers un autre personnage: Édith, enseignante dans la même école que Danielle. Les deux femmes deviennent amies, et l'auteur alternent les points de vue. J'ai un peu moins apprécié Édith que je trouvais très tranchée sur beaucoup de points. Cependant, je l'ai comprise. En outre, elle finit par remettre certaines choses en question, comprendre qu'elle a eu tort sur certains points. Et puis, elle aussi fait son possible pour être libre.

Nos deux héroïnes sont entourées de personnages qui ont tous quelque chose à dire, et dont certains seront sympathiques et d'autres moins. Par exemple, j'ai apprécié Claire et Suzanne, les filles de Danielle, et j'espère qu'elles seront développées dans les tomes suivants. J'ai trouvé certains aspects de l'histoire quelque peu prévisibles, mais finalement, cela ne m'a pas gênée. Je trouve un peu dommage que tant de personnages pratiquent l'adultère.

J'ai apprécié que l'auteur montre différents professeurs ayant différentes sensibilités et façons de faire. Danielle, par exemple, s'investit dans son travail. Il est peut-être dommage que celle qui ne s'investit pas soit celle qui est antipathique au lecteur. Cela fait un peu caricatural, mais il doit y avoir un fond de vérité dans cette façon de montrer les choses. Une personne ouverte et à l'écoute dans sa vie privée le sera aussi dans son travail et vice-versa.

Note: M'étant ennuyée sur le premier quart du tome 2, je ne finirai pas la série, et donc, ne chroniquerai pas les deux autres tomes.

Éditeur: l'Interligne.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jacqueline Duperret pour la Bibliothèque Sonore Romande.