Le grand n'importe quoi

L'ouvrage:
Jean-Pierre Marielle partage ses souvenirs avec le lecteur.

Critique:
Il me semble que depuis quelques années, les livres-souvenirs d'acteurs et animateurs fleurissent. J'en lis peu. J'ai été interpellée par le livre de Jean-Pierre Marielle parce que je ne le connais que de nom. À ma décharge, je suis plutôt férue de comédiens de doublage. J'ai donc voulu en savoir plus sur ce comédien.

J'ai découvert un livre divertissant, drôle, et tendre. L'acteur évoque des anecdotes savoureuses à force de loufoqueries. Par ces historiettes, il dévoile certains pans de son caractère et de ceux de ses amis, parmi lesquels on trouve Françoise Fabian, Jean-Paul Belmondo, Claude Berry, Gérard Depardieu, et bien d'autres. Le lecteur aura souvent le sourire à l'évocation de partie de franche rigolade entre ces joyeux lurons, et à la lecture des blagues que certains firent.
Il est également sympathique de voir comment certaines amitiés ont débuté. Par exemple, celle entre Jean-Pierre Marielle et Albert Camus.

Jean-Pierre Marielle parle avec tendresse de sa famille et de son enfance. Parmi les anecdotes cocasses, je ne parlerai que de l'épisode où un ami et lui burent une bouteille de vin à deux, et où il rentra en disant à sa grand-mère: «Je suis infirme des jambes».
Le livre est émaillé de phrases amusantes de ce genre. Par exemple, le comédien confie: «Si je n'avais pas été comédien, j'aurais probablement fait clochard siffleur.» Il fait rire son lecteur avec lui, mais également de lui, par exemple, lorsqu'il évoque son émerveillement enfantin à l'idée que sa soeur a épousé un comte.

Par petites touches, le comédien dévoile quelques aspects de sa personnalité: il aime collectionner les écrits personnels d'auteurs (Céline, Flaubert, etc); il pense qu'il a de la chance d'être comédien; il sait que ses colères peuvent lui causer du tort... Il reconnaît ses échecs, comme sa prestation dans «Oncle Vania», texte qu'il aimait trop, ne pouvant prendre le recul nécessaire pour bien le jouer.
Avec gravité, il donne quelques films dans lesquels il n'a pas joué, mais se retrouve.
J'ai bien aimé sa façon de parler du rapport entre le comédien et le metteur en scène.

Portrait d'un homme, d'une époque, de personnages gravitant autour de lui, ce petit livre est un bon divertissement, un livre de vacances. Il ne laissera pas un souvenir impérissable, mais on passe un bon moment à le lire.

Remarque annexe:
Je partage l'opinion de Jean-Pierre Marielle quant aux animaux dans les cirques.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jean-Pierre Marielle. Ce livre m'a été offert par les éditions Audiolib. Il sort en audio le 22 septembre.

Je trouve judicieux qu'un livre de souvenirs soit enregistré par son auteur. Accessoirement, cela m'a permis de découvrir la voix de Jean-Pierre Marielle. Il a conté ce livre avec naturel, bonne humeur et sobriété. Je regrette seulement qu'il n'y ait pas d'entretien, à la suite du livre, comme ce fut le cas pour d'autres.

Acheter « Le grand n'importe quoi » en audio sur Amazon

Acheter « Le grand n'importe quoi » sur Amazon