Pour vous

L'ouvrage:
Delphine M a trente-cinq ans. Elle a créé «Pour vous», une agence de service à la personne. Elle rend tous les services qu'on lui demande, du moment qu'on paie: cela va de la promenade du grand-père jusqu'à... la location d'enfant.
Un jour, un certain monsieur Jones lui demande de taper le contenu de cahiers qui sont une espèce de lettre que lui a écrite son amant avant de mourir. Cette demande n'est pas anodine.

Critique:
Au départ, j'ai adoré le personnage créé par Dominique Mainard. Pas seulement pour son cynisme, mais aussi à cause de son regard si averti sur notre monde, et pour sa manière de tirer parti des gens. Certains la trouveraient amorale, je la trouve intelligente. Elle n'exploite pas la douleur des gens, c'est eux qui choisissent de demander ses services ou pas. (D'ailleurs, il est étonnant de voir tous les types de demandes qui arrivent chez «Pour vous». Elles sont assez représentatives de la misère et de la bizarrerie humaine. Je pense que l'auteur n'exagère pas à ce sujet.) Delphine sait ce qu'elle veut, et se débrouille pour l'obtenir.

Ensuite, elle piétine les conventions, les préjugés de la société, la bienséance... Elle aime l'argent. Est-ce un crime? Surtout qu'elle ne fait rien de vraiment nuisible. J'avoue beaucoup aimer la façon dont elle traite sa mère. Mère qui, apparemment, n'en fut pas vraiment une... Ce n'est pas pour autant que Delphine est insensible. Elle est pragmatique, analyse bien ses clients, mais on voit bien (malgré ce que pense Adorno), qu'elle n'est pas toujours en train de jouer. Elle a été touchée par celle qui lui permit (tant moralement que financièrement) de créer son agence. Elle a également éprouvé de la compassion, et même peut-être un peu d'amitié pour Adorno. Elle est également quelque peu attendrie et maternelle avec Karol. Bien sûr, elle semble mépriser Marja et la plupart de ses clients, mais le lecteur n'est pas très loin de ressentir la même chose...

J'ai donc été déçue lorsque Dominique Mainard a fissuré ce personnage jusqu'à le transformer. J'ai trouvé tout cela peu crédible, à commencer par ce stupide coup de foudre que rien, et surtout pas la personnalité de Delphine, n'explique.
On me dira que justement, la froide et calculatrice Delphine n'attendait qu'un coup de pouce de la vie pour se révéler une midinette. On me dira qu'elle cachait sa vraie nature sous un cynisme exagéré... Je n'y crois pas. Ce n'est tout simplement pas crédible. Qu'elle tombe amoureuse, qu'elle s'assouplisse, d'accord. Mais que cela soit si brusque, et que cela soit d'un parfait inconnu... Elle le connaît un peu, certes, mais cela n'explique pas vraiment son coup de foudre.
J'ai trouvé cela dommage... Dominique Mainard a créé un personnage intéressant et consistant, puis l'a soudain rendu cliché, creux, et plat... Certes, il fallait bien raconter une histoire, un changement... mais je n'ai pas aimé la tournure et la brutalité de ce changement.

Le paroxysme de la déconstruction du personnage est atteint à la fin. Delphine fait une chose qui n'est pas compatible avec sa personnalité. Ensuite, sa lettre finale montre une autre chose qui m'agace profondément. C'est un moyen pour Dominique Mainard de rester politiquement correcte, comme si un personnage tel qu'on voit Delphine au début était inconcevable, comme s'il fallait absolument qu'une femme finisse par ressentir ce qu'elle ressent à la fin... Dans ce livre, la romancière a osé quelque chose, mais n'est pas allée jusqu'au bout. Je trouve ça très dommage. Je ne peux donc pas dire si j'ai aimé ou non ce livre... j'en ai adoré certains aspects, et détesté d'autres... Au moins, il ne m'a pas laissée indifférente. ;-)

Quant à ce qu'elle finit par faire de «Pour vous», cela laisse le lecteur perplexe. Que Delphine soit touchée par divers événements, soit. Mais son geste est assez inconcevable lorsqu'on la connaît. Il est trop théâtral, et ne lui apportera rien.

Delphine occupe beaucoup de place, mais les personnages qui l'entourent ou ont gravité autour d'elle sont également intéressants. Je me suis surprise à m'attacher à ceux qu'elle aimait bien, et à mépriser un peu les autres, tout en les comprenant.

Éditeur: À vue d'oeil.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Cachou Kirsch pour la Ligue Braille.
Encore une fois, ce fut une joie d'entendre la voix et le jeu de Cachou Kirsch. Quelle fraîcheur! Quel naturel! Je regrette juste qu'il reste quelques erreurs de lecture.

Acheter « Pour vous » sur Amazon