C'était au milieu du siècle

L'ouvrage:
Armand Maillard rassemble ici certains souvenirs de son enfance et de son adolescence, dans un petit village de Suisse Romande où il a vécu de 1936 à 1951.

Critique:
Ces souvenirs montrent la vie quotidienne d'un petit village. Armand Maillard a tenu à mettre l'accent sur certaines personnes, par exemple, Gustave, de qui il raconte l'histoire. Ce récit montre à quel point les mentalités étaient rétrogrades: Gustave était méprisé parce qu'il était un enfant illégitime. Mais ce récit nous montre également un personnage intelligent, courageux, admirable.
Armand s'attarde également sur Petit Jean, la mémoire des villages alentours. Il fait cela pour ne pas qu'on oublie que ce genre de personnes a existé.
La démarche est la même lorsqu'il évoque les colporteurs.

Certains souvenirs sont à la fois drôles et attendrissants: l'achat de la vache, ce qui se passa lorsqu'Armand ramena la jument Fanny, Armand fumant un cigare, les enfants au catéchisme, etc.
L'un de ces souvenirs est un peu triste: celui du lard blanc.
D'autres sont vraiment amusants: "La Lucie", "La capitulation", etc.
L'auteur rappelle aussi certains mots, certaines expressions employés dans son village, et sûrement ceux des alentours.

Un livre qui fait souvent sourire, parfois rire, qui émeut. Des souvenirs qui font passer par tout un tas de sentiments. Des récits frais dont l'auteur nous demande de ne pas oublier ce qui a été.

Éditeur: la Sarine.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Arlette Bratschi pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « C'était au milieu du siècle » sur Amazon